VIDEO. Fusillade dans le Maryland: Endeuillé, le «Capital Gazette» promet un journal pour vendredi

ETATS-UNIS Cinq personnes ont été tuées mais le quotidien le promet, il paraîtra vendredi...

P.B.

— 

Les cinq employés du «Capital Gazette», un journal du Maryland, tués lors d'une fusillade le 28 juin 2018: Gerald Fischman, Wendi Winters, John McNamara, Rob Hiaasen et Rebecca Smith.
Les cinq employés du «Capital Gazette», un journal du Maryland, tués lors d'une fusillade le 28 juin 2018: Gerald Fischman, Wendi Winters, John McNamara, Rob Hiaasen et Rebecca Smith. — CAPITAL GAZETTE

C’est un journal local du Maryland, à une heure de Washington, qui compte à peine une cinquantaine d'employés. Jeudi, les vies de cinq d'entre eux ont été fauchées par un tireur qui a ouvert le feu dans les bureaux du Capital Gazette, un quotidien que le suspect avait poursuivi en justice en 2012 pour diffamation. Endeuillés, leurs collègues ont fait ce qu'ils savent faire de mieux: leur métier.

Moins de deux heures après le drame, le Capital Gazette a publié un article avec l’aide de collègues du Baltimore Sun, confirmant plusieurs décès et partageant le témoignage d'un des journalistes qui a survécu, caché sous son bureau. « Je peux vous dire ceci : on va sortir un fichu journal demain », a assuré sur Twitter l'éditeur Chase Cook.

«Anéanti et le cœur brisé. En état de choc. S'il vous plaît, arrêtez de demander des informations ou des interviews. Je ne suis pas en état de parler, sachez juste que les reporteurs et les éditeurs de @capgaznews donnent tout ce qu'ils ont chaque jour. Il n'y a pas de semaines de 40 heures, pas de gros salaires, juste la passion de raconter les histoires de notre communauté», a écrit l'éditeur Jimmy DeButts.

Dans la soirée, les cinq victimes ont été idéntifiées. Il y a quatre journalistes, Gerald Fischman, Wendi Winters, John McNamara, Rob Hiaasen, et une commerciale, Rebecca Smith.

«Attaque ciblée»

« Il s’agit d’une attaque ciblée contre le Capital Gazette. Le tireur est entré dans le bâtiment avec une grenade fumigène et un fusil à pompe », a indiqué le chef de la police locale, Bill Krampf. Il a évoqué de possibles menaces que le suspect aurait faites sur des réseaux sociaux, sans en préciser la nature.

Selon NBC et CNN, le suspect aurait volontairement endommagé ses empreintes digitales pour compliquer la tâche des autorités, mais il aurait été identifié grâce à la reconnaissance faciale. Selon le Baltimore Sun, le suspect s'appelle Jarrod Ramos. Sa dispute avec la Gazette remonte à 2011. Il avait attaqué le journal pour diffamation à la suite d'un article sur son plaider-coupable pour harcèlement et avait perdu.

« Tireur actif. Aidez-nous, s’il vous plaît »

Anthony Messenger, un stagiaire du quotidien, a été le premier à confirmer qu’une fusillade était en cours, écrivant : « Tireur actif 888 Bestgate aidez-nous s’il vous plaît. » Un de ses collègues a ensuite confirmé que le jeune stagiaire était sain et sauf.

Un peu plus tard, le journaliste Phil Davis a témoigné une fois en sécurité. « Un tireur a tiré sur de nombreuses personnes à mon bureau, certaines sont mortes. Le tireur a tiré à travers la porte en verre du bureau. Il n’y a rien de plus terrifiant que d’entendre des personnes se faire tirer dessus pendant que tu es sous ton bureau, et ensuite d’entendre le tireur recharger. »