Irak: Le Premier ministre ordonne l'exécution «immédiate» de centaines de «terroristes» condamnés à mort

PEINE CAPITALE Plus de 300 personnes ont été condamnées à mort en Irak, et autant d'autres à la prison à perpétuité, pour appartenance à Daesh...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, à Tokyo, le 5 avril 2018.
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, à Tokyo, le 5 avril 2018. — Kazuhiro NOGI / AFP

En Irak, les autorités durcissent leur position contre les terroristes. Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a ordonné ce jeudi l’exécution immédiate des djihadistes condamnés à mort, comme représailles à l’assassinat de huit hommes par Daesh.

Haider al-Abadi « ordonne la punition immédiate des terroristes condamnés à mort et dont les peines ont passé le degré décisif », a-t-il annoncé dans un communiqué. Par cette phrase, il désigne les détenus qui ont vu leur appel rejeté et dont la peine capitale a été ratifiée par la présidence de la République.

Plus de 300 personnes, dont une centaine d’étrangères, ont été condamnées à mort en Irak, et autant d’autres à la prison à perpétuité, pour appartenance à Daesh.

La plupart des condamnés sont turcs

La plupart des condamnés sont Turcs ou originaires des anciennes républiques de l’Union soviétique. Un Russe et le Belge Tarik Jadaoun, qui avait rejoint l’EI en 2014 sous le nom de guerre d’Abou Hamza al-Belgiki, figurent sur cette liste.

Le porte-parole du Conseil suprême de la magistrature, le juge Abdel Sattar Bayraqdar, avait précisé en avril que la grande majorité des personnes condamnées à mort appartenaient à Daesh.

>> A lire aussi : VIDEO. Irak. La djihadiste française Mélina Boughedir va être réjugée pour «terrorisme»

>> A lire aussi : Irak. 38 djihadistes exécutés par pendaison, Amnesty dénonce des «procès hâtifs»

>> A lire aussi : Près de 300 djihadistes français tués en Syrie et en Irak depuis 2014