Belgique: Un bâtiment classé bientôt transformé en maison close à Ostende

PROSTITUTION A l’intérieur figureront aussi un bar, une épicerie, une microbrasserie, un centre de santé et un poste de police…

20 Minutes avec agence

— 

Une maison close va ouvrir ses portes dans un bâtiment classé, à Ostende.
Une maison close va ouvrir ses portes dans un bâtiment classé, à Ostende. — Capture d'écran/Google Maps

C’est une reconversion plutôt insolite. Un ancien hangar maritime du port d’Ostende (Belgique) va être transformé en maison close. C’est le bourgmestre socialiste de la commune, Johan Vande Lanotte qui l’a annoncé, rapporte Ouest-France, ce mercredi.

Pour cette transformation, d’importants travaux de rénovation vont être menés dans ce magnifique bâtiment en pierres qui est, pour l’heure, délabré.

Des chambres reliées à la police

En échange de la rénovation, les entrepreneurs ont carte blanche pour aménager ce qu’ils souhaitent à l’intérieur. Ainsi, le bâtiment possédera un bar, une épicerie, une microbrasserie, un centre de santé, un poste de police… Et une maison close.

La prostitution est légale chez nos voisins belges, seuls le proxénétisme et le racolage sont interdits. Dans cette nouvelle maison close, qui sera baptisée « Hangar d’amour », les prostituées pourront louer des chambres propres, équipées et sécurisées puisqu’elles seront reliées au poste de police par une alarme.

Une association opposée au projet

Les futurs propriétaires de cette maison close en possèdent déjà une à Anvers, nommée la « Villa Tinto ». Cet établissement réalise un chiffre d’affaires mensuel de 200.000 euros. Leur projet est d’ouvrir cette nouvelle maison close d’ici 2020.

La municipalité, elle, espère à la fois réaliser une rentrée d’argent mais aussi calmer les tensions qui peuvent régner au sein du quartier Hazegras afin d’en faire une zone résidentielle, explique encore Ouest-France. Une association de défense du patrimoine, Oostendse Oosteroever, s’oppose, elle, farouchement à ce projet et réclame que le hangar soit réhabilité en musée maritime.

>> A lire aussi : Paris: La «maison close» des poupées sexuelles échappe à la fermeture

>> A lire aussi : Procès pour proxénétisme à Paris: «Ce n’est plus de la prostitution. C’est du braconnage!», lâchent les parents d'une victime