Japon: Un ancien membre des forces armées tue deux personnes, dont un policier

FAITS DIVERS Le suspect a été grièvement blessé à l'abdomen par des tirs de la police. Il a été identifié comme étant Keita Shimazu, 21 ans, un ancien membre des forces armées japonaises...

20 Minutes avec AFP

— 

Deux personnes ont été tuées, dont un policier, le 26 juin 2018 dans l'attaque d'un poste de police au Japon.
Deux personnes ont été tuées, dont un policier, le 26 juin 2018 dans l'attaque d'un poste de police au Japon. — STR / JIJI PRESS / AFP

Un fait divers rarissime au Japon. Deux personnes ont été tuées, dont un policier, mardi dans l’attaque d’un poste de police au Japon, a annoncé la police. Un homme a poignardé l’officier dans son poste de police de la préfecture de Toyama dans le centre du Japonavec un objet semblant être un couteau, lui a dérobé son arme et a pris la fuite, a précisé un porte-parole de la police.

Le décès du policier, Kenichi Inaizumi, âgé de 46 ans, a été constaté à l’hôpital, a-t-il indiqué. L’attaquant a ensuite tiré à l’arme à feu et tué Shinichi Nakamura, un vigile de 68 ans qui travaillait non loin de là, selon la police locale. Ce vigile a été attaqué en face du portail d’une école dont les 400 élèves ont été mis en sécurité dans le gymnase après les tirs, selon les médias locaux.

La législation sur les armes est extrêmement stricte

Le suspect a été grièvement blessé à l’abdomen par des tirs de la police. Il a été arrêté. Il a été identifié comme étant Keita Shimazu, 21 ans, un ancien membre des forces armées japonaises. Il avait été intégré en 2015 et servait à Kanazawa, à l’ouest de Toyoma, selon la chaîne publique NHK. Il avait quitté l’armée en mars 2017, selon la même source. « Aucune autre personne n’a été blessée », a précisé la police.

Les crimes violents et agressions de policiers sont rares au Japon. La législation sur les armes y est extrêmement stricte. En 2017, 22 cas de tirs à l’arme à feu ayant fait trois morts et cinq blessés ont été répertoriés dans le pays par la police nationale. En avril, un jeune policier a été arrêté après avoir tiré sur un collègue qui selon lui le harcelait.