Asgardia, la première nation de l'espace, a désormais un président

UTOPIE Selon le président, quelque 200.000 personnes du monde entier ont déjà postulé en ligne pour devenir citoyens asgardiens...

20 Minutes avec AFP

— 

Le scientifique et homme d'affaires russe Igor Ashurbeyli, le 25 juin 2018.
Le scientifique et homme d'affaires russe Igor Ashurbeyli, le 25 juin 2018. — ALEX HALADA / AFP

La première nation de l'espace a désormais un président. Le russe Igor Ashurbeyli est désormais le président d’Asgardia, après son intronisation ce lundi à Vienne. Dans une cérémonie qui a réuni 200 personnes, le président a promis à ses futurs citoyens de mettre en orbite un Etat où vivre en paix et en harmonie.

Drapeau, hymne, constitution : le « président » Igor Ashurbeyli, un ingénieur informaticien et homme d’affaires russe, n’a rien laissé au hasard pour donner corps à son projet baptisé Asgardia en référence à une cité de la mythologie nordique.

Moteur de cette vaste entreprise lancée il y a deux ans, Igor Ashurbeyli, qui a travaillé dans une entreprise russe de matériel militaire, d’après le site internet d’Asgardia, veut offrir « un cadre philosophique, juridique, scientifique et technique pour permettre un accès égal à l’espace à tous les peuples de la terre », selon un communiqué.

Installer des humains sur la Lune

Selon l’homme d’affaires, quelque 200.000 personnes du monde entier ont déjà postulé en ligne pour devenir citoyens asgardiens.

« En se rassemblant autour d’Asgardia, la part progressiste de l’humanité peut offrir une alternative à la civilisation sur terre en remplaçant la géopolitique par la politique de l’espace », a promis le nouveau président d’Asgardia.

Igor Ashurbeyli reconnaît que l’utopie ne sera pas bon marché. Jusqu’à présent, il a financé le projet sur ses fonds propres et par le biais de donations privées. A l’avenir, les Asgardiens devront payer une « taxe de citoyenneté » annuelle de 100 euros ainsi que des impôts sur le revenu et les entreprises, a-t-il indiqué aux journalistes. Pour ce qui est de l’aspect scientifique, il compte sur ses propres connaissances pour arriver à installer des êtres humains sur la Lune d’ici 25 ans.

>> A lire aussi : Bretagne. La superbe photo de Saint-Malo prise par Thomas Pesquet depuis l'espace offerte au collège

>> A lire aussi : A-t-on découvert une nouvelle catégorie de trous noirs?