Australie: Les écologistes dénoncent la «légèreté» de la peine contre l'homme qui avait matraqué six manchots en Tasmanie

JUSTICE Le juge a tenu compte des «limitations intellectuelles» de l’accusé, visiblement victime de troubles mentaux depuis l’enfance…

20 Minutes avec agences

— 

Une famille de manchots pygmées, en Tasmanie.
Une famille de manchots pygmées, en Tasmanie. — JJ Harrison/Wikimedia Commons

La justice australienne serait-elle trop laxiste ? Un jeune homme qui avait matraqué à mort six manchots pygmées a été condamné ce lundi par un tribunal australien à 49 heures de travaux d’intérêt général.

En 2016, le coupable alors âgé de 20 ans avait agressé les oiseaux de mer à coups de bâton à Sulphur Creek (Tasmanie), alors qu’il était ivre. Il a été reconnu coupable de « cruauté aggravée », mais sa peine très légère choque les écologistes.

« C’est un précédent inquiétant »

Le journal local Hobart Mercury rapporte que compte tenu des « limitations intellectuelles » du prévenu, le juge a sciemment choisi une peine légère. Son avocat a expliqué qu’il souffrait de problèmes mentaux depuis l’enfance, selon ABC. Le jeune homme n’a manifesté aucun remords durant le procès.

L’association Birdlife Tasmania a dénoncé un jugement « sans aucune valeur de dissuasion ». « Cela n’empêchera pas quelqu’un d’aller faire exactement la même chose à l’avenir », a déclaré son directeur Eric Woehler. La sentence « accorde à la faune sauvage précieuse de Tasmanie une piètre valeur. C’est un précédent inquiétant ».

Les six manchots sont morts de fractures crâniennes. La colonie de Sulphur Creek, estimée à 267 couples, mettra des années à se remettre de l’incident, selon l’expert. « Avec tant d’autres menaces, comme les filets maillants et les attaques de chien, la dernière chose dont une colonie de manchots a besoin c’est d’une attaque gratuite et cruelle comme celle-ci ».

>> A lire aussi : Rivières: Des résidus de cocaïne empoisonnent les anguilles dans les cours d'eau européens

>> A lire aussi : Auvergne-Rhône Alpes: Plus d’un quart des papillons menacés de disparition