Bloqué au Yémen, un navigateur de Béziers n'a plus donné de nouvelles depuis le 3 juin

MONDE Le pays est en proie à un conflit depuis mars 2015…

N.B. avec AFP

— 

Dans le village de Yakla, des résidents retrouvent leur maison totalement ravagée par les frappes au Yémen, le 3 février 2017 (illustration).
Dans le village de Yakla, des résidents retrouvent leur maison totalement ravagée par les frappes au Yémen, le 3 février 2017 (illustration). — AP/
  • Un navigateur français, originaire de Béziers, est bloqué dans le port d’Hodeida.
  • Il n’a pas donné de nouvelles à sa famille depuis le 3 juin dernier.
  • Le Yémen est en proie à un conflit depuis 2015.

Un navigateur français, originaire de Béziers, est bloqué dans le port d’Hodeida, cible d’une offensive militaire, dans l’ouest du Yémen, où il a dû faire escale en raison d’un manque d’eau, ont annoncé le Quai d’Orsay et sa famille. Alain Goma a rejoint Hodeida à bord de son voilier Jehol 2, « le 3 juin pour se réapprovisionner, notamment en eau »

« Compte tenu de la situation actuelle dans cette zone, il est dans l’impossibilité de quitter ce port », relève le ministère des Affaires étrangères, qui agit « dans l’objectif de lui permettre de quitter le Yémen ». Le 13 juin, les forces progouvernementales, appuyées par une coalition arabe emmenée par l’Arabie saoudite, ont lancé l’assaut contre cette ville portuaire de 600.000 habitants ; contrôlée par les rebelles Houthis, et principal point d’entrée de l’aide humanitaire au Yémen, qui est en conflit depuis 2015.

Aucune nouvelle depuis le 3 juin

Christine Goma, animatrice de la page Facebook portant le nom du bateau, Jehol 2, et se présentant comme sa soeur, a confirmé à l’AFP que le dernier contact de cet ancien agent commercial de 54 ans avec sa famille remontait au 3 juin dernier : « Alain nous a envoyé un texto, il était au Yémen, au port de Hodeida, il a confirmé qu’il venait de recevoir beaucoup d’eau et avoir appris qu’il était dans une zone en guerre. »

Le navigateur, qui communique régulièrement avec sa famille depuis son départ de Valras, dans l’Hérault, en août 2017, n’a depuis donné aucune nouvelle et est injoignable sur son portable. Après une traversée du Canal de Suez, il devait rejoindre Djibouti avant de poursuivre vers l’Inde. « Il n’y avait pas assez de vent et sa capacité d’eau n’était pas suffisante pour les trois derniers jours jusqu’à Djibouti », a expliqué sa soeur.

« Notre père a contacté le Cross, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, Gris-Nez », le correspondant français auprès des centres de recherche et de sauvetage étrangers. « Le 11 juin, le ministère des Affaires étrangères, qui avait été alerté par le CROSS, nous a informés qu’Alain était détenu par les douanes yéménites. »

« On ne sait pas si cela reste une affaire à caractère administratif ou s’il y a plus d’enjeux derrière », indique Christine Goma, en référence à une possible arrestation par les Houthis, évoquée par certains médias locaux. Le conflit au Yémen oppose depuis mars 2015 les forces progouvernementales aux rebelles Houthis, soutenus par l’Iran. Il a fait près de 10.000 morts et provoqué, selon l’ONU, « la pire crise humanitaire du monde ».