Médecins sans frontières: Des employés accusés d'avoir échangés des médicaments contre des relations sexuelles

PROSTITUTION D’après des lanceurs d’alerte, certains employés de MSF « plus âgés » profitaient de leur position et de leur aura comme travailleur humanitaire occidental…

20 Minutes avec agences

— 

Des employés de MSF sont accusés d'avoir eu recours à des prostituées en Afrique. (Illustration)
Des employés de MSF sont accusés d'avoir eu recours à des prostituées en Afrique. (Illustration) — Lee Celano AFP

Des travailleurs humanitaires de Médecins sans frontières (MSF) ont eu recours à des prostituées durant leurs missions en Afrique, a affirmé la BBC jeudi. Le média britannique cite des lanceurs d’alertes anonymes, dont l’un rapporte que des médicaments auraient été échangés contre des relations sexuelles.

L’ONG a dit prendre « au sérieux » ces accusations, qu’elle n’a toutefois pas été en mesure de confirmer. Elle a appelé « quiconque ayant des inquiétudes de les signaler via les mécanismes de signalement confidentiel de MSF ». « Nous ne tolérons pas les abus, le harcèlement et l’exploitation au sein de MSF », a-t-elle encore insisté dans un communiqué.

Pendant l’épidémie Ebola au Liberia

Selon la BBC, ces accusations visent des logisticiens en poste au Kenya, au Liberia et en Afrique centrale. « Il y avait ce collègue plus âgé, qui a installé une femme dans la base (de l’ONG). Il était clair que c’était une prostituée mais il l’appelait sa petite amie. Elle passait nuit après nuit avec lui », a raconté une des anciennes employées, qui travaillait auprès de malades du sida en Afrique centrale.

Une autre lanceuse d’alerte a raconté comment un de ses collègues se vantait d’obtenir des relations sexuelles avec des jeunes filles ayant perdu leurs parents dans l’épidémie Ebola au Liberia en échange de médicaments. « Il disait 'Oh, c’est si facile. Si facile d’échanger des médicaments avec ces filles faciles au Liberia' », a-t-elle confié.

« Peut-être que la direction n’était pas au courant »

Enfin, une troisième personne a dit avoir vu un membre expérimenté posté au Kenya, ramener des filles « très jeunes » dans les logements de MSF. D’après elle, certains travailleurs humanitaires « plus âgés » profitaient de leur position, s’interrogeant sur ce que l’organisation savait.

« Il y avait sans aucun doute un abus de pouvoir. Ils se trouvaient là depuis longtemps, profitaient de leur aura comme travailleur humanitaire occidental, explique-t-elle. Peut-être que la direction n’était pas au courant, mais on ressentait clairement que certains des hommes se comportant comme des prédateurs étaient vus comme trop importants pour tomber ».

>> A lire aussi : Scandale sexuel dans les ONG: Les députés britanniques étudient un rapport confidentiel

>> A lire aussi : Inde: Un humanitaire français, accusé d'actes pédophiles, détenu à Pondichéry

>> A lire aussi : Scandale Oxfam: Engluée dans un scandale sexuel, l'organisation veut prévenir de nouveaux abus