Séparation des familles: Une dizaine d'Etats portent plainte contre l'administration Trump

ETATS-UNIS C'est parti pour le même feuilleton que lors du «Travel ban»...

20 Minutes avec AFP

— 

Une migrante du Honduras arrêtée avec sa fille de deux ans à la frontière mexicaine, au Texas, le 12 juin 2018.
Une migrante du Honduras arrêtée avec sa fille de deux ans à la frontière mexicaine, au Texas, le 12 juin 2018. — JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Comme un air de déjà-vu. Une dizaine d'Etats américains, dont la Californie, Washington et le New Jersey, vont poursuivre l'administration Trump pour sa politique migratoire après la séparation de milliers de familles entrées illégalement sur le territoire américain, a annoncé jeudi le procureur général de l'Etat de Washington. «C'est une politique aberrante, cruelle et anticonstitutionnelle» et «nous allons y mettre un terme», a déclaré Bob Ferguson dans un communiqué.

Plus de 2.300 enfants et adolescents ont été séparés de leurs parents depuis début mai après l'arrestation de ces derniers pour avoir illégalement traversé la frontière avec le Mexique. Face à l'indignation mondiale suscitée par cette politique et au malaise au sein-même de son parti, Donald Trump a signé mercredi un décret mettant fin à ces séparations.

L''incertitude demeure toutefois sur le sort des mineurs arrachés à leurs parents et sur la façon dont ils pourront être réunis. Et le décret évoque la détention des parents et des enfants ensemble «pour une durée indéfinie», ce qui irait directement à l'encontre de la jurisprudence Flores, qui limite à 20 jours la durée de détention des enfants.

«Conditions inhumaines»

Bob Ferguson a dénoncé «l'incertitude» et le «chaos» créés par la politique de séparation des familles, mais aussi par le décret signé mercredi qui «cherche à détenir de manière indéfinie les enfants et leurs parents et continue à poursuivre pénalement les demandeurs d'asile».

Le responsable dénonce aussi les «conditions inhumaines et horribles» dans les centres de détention de la police de l'immigration et des frontières, et s'insurge contre le manque de contact –parfois pendant des semaines– entre les mères et les enfants dont elles ont été brusquement séparées à la frontière.

Parmi les Etats qui se sont associés à la plainte figurent le Massachusetts, le Maryland, le Nouveau Mexique, la Pennsylvanie, l'Iowa et l'Illinois. Bob Ferguson a dit s'attendre à ce que d'autres les rejoignent. L'Etat de Washington est l'un de ceux qui se sont montrés le plus agressifs, aux côtés de la Californie et de New York, contre l'administration du président républicain Donald Trump, engageant notamment des poursuites contre le décret migratoire empêchant l'entrée sur le territoire américain des ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane («travel ban»).

L'administration Trump a de son côté poursuivi la Californie pour sa politique d'Etat «sanctuaire», à savoir refusant de coopérer avec les autorités migratoires au sujet de sans-papiers n'ayant pas commis de crimes sérieux.