VIDEO. «Vous êtes mort monsieur ?»: Une urgentiste américaine se moque d’un patient, elle se fait renvoyer

ETATS-UNIS Dans une vidéo, on voit l’urgentiste minimiser les douleurs du patient, tout en l’accusant de jouer la comédie…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un médecin.
Illustration d'un médecin. — POUZET/SIPA

Une médecin urgentiste de l’hôpital El Camino, situé à Los Gatos (Etats-Unis), a été renvoyée de l’établissement californien en raison d’un comportement inapproprié, ce vendredi 15 juin. Selon le Washington Post qui rapporte l’affaire, l’urgentiste s’est moquée d’un jeune patient de 20 ans qui se plaignait d’avoir du mal à respirer.

La scène a été filmée par le père du jeune homme, qui a ensuite diffusé les images sur Facebook pour dénoncer le mauvais traitement envers son fils.

« Vous êtes la personne la moins malade ici »

La vidéo montre le jeune patient dans son lit d’hôpital, se plaignant de difficultés respiratoires. « Je ne peux pas respirer », lance-t-il. « Il ne peut pas respirer ? Oh la la, il doit être mort alors. Vous êtes mort, monsieur ? » lui répond le médecin, qui tente ensuite de le forcer à s’asseoir dans son lit. « Je ne peux pas », répond le patient.

Le père du jeune homme, qui filme la vidéo, assure qu’il a vu son fils « perdre conscience » lorsqu’il était seul avec lui dans la chambre. Mais la médecin accuse le patient de jouer la comédie dans le but d’obtenir des analgésiques : « Je suis désolée monsieur, vous êtes la personne la moins malade ici ».

L’urgentiste licenciée

Partagée plus de 134.000 fois, la vidéo a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Le directeur de l’hôpital a présenté ses excuses au patient dans un communiqué publié jeudi 14 juin. Il a qualifié le comportement de la médecin de « non professionnel » et assuré que cette affaire n’était pas représentative du niveau de soins et de services habituellement rencontré dans l’établissement.

La soignante mise en cause dans cette affaire dépendait d’un prestataire extérieur. L’hôpital a assuré qu’elle n’effectuerait plus de gardes dans son établissement.

>> A lire aussi : Maltraitance médicale: «L’éthique et l’empathie» doivent faire «partie de la formation des soignants»

>> A lire aussi : Lyon: «Les hospices civils nous poussent à de la maltraitance involontaire», confie un personnel des urgences en grève