VIDEO. Coupe du monde 2018: Une journaliste agressée sexuellement en direct

MISOGYNIE Dans une fan zone, Julieth Gonzalez-Theran a vu foncer sur elle un supporteur qui lui a agrippé les seins et lui a forcé un baiser…

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Des fan zones sont implantées dans plusieurs villes de Russie pendant la Coupe du monde.
Des fan zones sont implantées dans plusieurs villes de Russie pendant la Coupe du monde. — Ozan KOSE / AFP

Voici une nouvelle preuve, s’il en fallait, que les femmes sont rarement à l’abri d’une agression sexuelle. Jeudi 14 juin, jour de l’ouverture de la Coupe du monde en Russie, une journaliste colombienne, Julieth Gonzalez-Theran, a été agressée, en direct à la télévision.

Cette journaliste de l’antenne espagnole de la chaîne allemandeDeutsch Welle (l’équivalent de France 24 pour l’Allemagne) réalisait un plateau en direct dans une fan zone, à quelques heures du coup d’envoi de la compétition. Elle a été, très rapidement, agressée par un supporteur qui lui a empoigné les seins et embrassé sur la joue, sans évidement le moindre consentement de la part de la journaliste.

Soutien de la chaîne

Julieth Gonzalez-Theran, qui a réussi à terminer son plateau, a tenté de retrouver son agresseur dans la foule présente derrière elle. En vain. Elle a tout de même reçu le soutien de sa chaîne, qui a malheureusement dû reconnaître qu’être dans une fan zone était « une mission dangereuse ». Elle a promis de prendre plus de précautions à l’avenir.

La journaliste elle-même a pris la parole sur son compte Instagram pour demander du respect, pour elle et son travail mais aussi celui de ses consœurs femmes journalistes. « Nous ne méritons pas ce traitement, nous sommes tout aussi méritantes et professionnelles », a-t-elle déclaré.

 

¡RESPETO ! No merecemos este trato. Somos igualmente valiosas y profesionales. Comparto la alegría del fútbol, pero debemos identificar los límites del afecto y el acoso.

Une publication partagée par Julieth Therán (@juliethgonzaleztheran) le 15 Juin 2018 à 8 :20 PDT

>> A lire aussi : Nantes: Une nouvelle affaire de viol en pleine rue