VIDEO. «Honte à vous!»: Huée, la ministre de la sécurité intérieure doit quitter un restaurant mexicain

ETATS-UNIS Kirstjen Nielsen, en première ligne pour justifier les séparations ultra controversées de clandestins à la frontière ordonnées par l'administration Trump, a été interpellée par des manifestants...

M.C. avec AFP

— 

La ministre américaine de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, à la Maison Blanche le 18 juin 2018.
La ministre américaine de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, à la Maison Blanche le 18 juin 2018. — Brendan Smialowski / AFP

« Dans un restaurant mexicain en plus ! » En plein scandale des enfants de migrants séparés de leurs parents le long de la frontière avec le Mexique, des activistes ont interrompu mardi le dîner de la ministre américaine de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, dans un restaurant de Washington.

Dans une vidéo d’une dizaine de minutes publiée sur les réseaux sociaux par une organisation socialiste, on peut voir plusieurs militants prendre à partie une femme blonde attablée dans un restaurant, la tête baissée dans la pénombre.

« Ministre Nielsen (…), comment pouvez-vous prendre plaisir à manger mexicain alors que vous déportez et emprisonnez des dizaines de milliers de personnes venues demander l’asile aux Etats-Unis ? », lui lance un homme. « Honte, honte, honte ! Honte à vous ! », scandent longuement les activistes de Metro DC Democratic Socialists of America.

« Ce n’est rien comparé aux horreurs qu’elle a infligées à des familles innocentes »

Dans un communiqué, l’organisation a expliqué qu’elle ne laisserait pas Kirstjen Nielsen « manger en paix alors qu’elle ordonne à ses employés d’arracher des petites filles à leurs mères et des petits garçons en pleurs à leurs pères ».

« Ces actes barbares doivent cesser et ceux qui sont aux commandes doivent rendre des comptes. Le dîner de la ministre Nielsen a peut-être été gâché, mais ce n’est rien comparé aux horreurs qu’elle a infligées à des familles innocentes », poursuit le texte.

Kirstjen Nielsen se retrouve en première ligne pour justifier les séparations ultra controversées de clandestins à la frontière. Prenant sa défense, le président Donald Trump a dit dans un tweet mardi soir qu’elle avait fait « un travail fabuleux » la veille lors de la conférence de presse au cours de laquelle elle s’est affirmée comme le visage de la « tolérance zéro » prônée par son administration.

La séparation des enfants de leurs parents sans-papiers, pour beaucoup fuyant la violence en Amérique centrale, fait scandale jusque dans le camp républicain du président. Et son épouse, Melania Trump, a dit dimanche « détester voir des enfants séparés de leur famille », intervention rarissime de sa part dans un sujet politique brûlant.