Corée du Sud: Le Pentagone confirme la suspension des manœuvres militaires

COREE DU SUD Donald Trump avait fait cette annonce à la surprise générale après sa rencontre avec Kim Jong-un...

20 Minutes avec AFP

— 

Un soldat américain sort d'un véhicule militaire à Pocheon, en Corée du sud, le 11 avril 2014.
Un soldat américain sort d'un véhicule militaire à Pocheon, en Corée du sud, le 11 avril 2014. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

Le Pentagone a confirmé lundi officiellement la suspension des prochaines manœuvres militaires conjointes américano-coréennes, annoncée unilatéralement la semaine dernière par le président américain Donald Trump.

« Conformément à l’engagement du président Trump et de concert avec notre allié sud-coréen, l’armée américaine a suspendu tous les préparatifs pour les "jeux de guerre" défensifs d’août prochain, Freedom Guardian », a indiqué Dana White, une porte-parole du Pentagone, dans un communiqué.

Un haut responsable américain avait indiqué jeudi que « les principales manœuvres sont suspendues indéfiniment sur la péninsule coréenne ». Le prochain exercice conjoint prévu, nommé Ulchi Freedom Guardian, devait se tenir fin août-début septembre, comme tous les ans.

Conditionné à la poursuite de négociations « productives » avec Pyongyang

« Aucune décision n’a été prise au sujet des manœuvres suivantes », a néanmoins ajouté Dana White, notant que cette décision n’avait « aucun impact sur les manœuvres militaires prévues ailleurs dans le Pacifique ». Le chef de la diplomatie Mike Pompeo et le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton participeront cette semaine à une réunion au Pentagone avec le ministre de la Défense Jim Mattis, a-t-elle précisé.

La Corée du Nord réclame depuis longtemps la fin de ces exercices qu’elle considère comme la répétition de l’invasion générale de son territoire. Pyongyang a souvent réagi en menant ses propres opérations militaires.

Lors d’un point de presse à Singapour aussitôt après son sommet historique le 12 juin avec le leader nord-coréen Kim Jong-un, Donald Trump avait annoncé la fin des exercices militaires qu’il avait qualifiés de « provocateurs », sans toutefois préciser quand cette suspension entrerait en vigueur.

Mike Pompeo avait souligné que cet arrêt était conditionné à la poursuite de négociations « productives » avec les Nord-Coréens. Séoul et Tokyo avaient été pris de court par cette annonce, apparue comme une grosse concession américaine à Kim Jong-un.