Madrid accepte l'offre de la France d'accueillir des migrants de l'Aquarius

SOLIDARITE La France acceptera les migrants qui « exprimeront leur désir de rejoindre ce pays », a annoncé Madrid...

B.D. avec AFP

— 

Photo du 15 juin 2018 fournie par Médecins Sans Frontières de migrants à bordde l'«Aquarius».
Photo du 15 juin 2018 fournie par Médecins Sans Frontières de migrants à bordde l'«Aquarius». — Medecins Sans Frontieres / AFP

Elle a dit oui. L’Espagne a annoncé ce samedi qu’elle acceptait l’offre de la France d’accueillir des migrants de l’Aquarius, après l’examen de leur situation en Espagne, où le navire doit accoster dimanche. « Le gouvernement français collaborera avec le gouvernement espagnol dans l’accueil des migrants de l’Aquarius », a annoncé la vice-présidente du gouvernement espagnol, Carmen Calvo, dans un communiqué.

L’Aquarius et les deux navires transportant les 630 migrants sauvés il y a une semaine au large de la Libye naviguent actuellement dans les eaux espagnoles et sont attendus au port espagnol de Valence dimanche. Selon Madrid, « la France acceptera les migrants qui, après leur arrivée au port de Valence et une fois appliqués tous les protocoles prévus par le processus d’accueil, exprimeront leur désir de rejoindre ce pays ».

Pedro Sanchez remercie Macron « pour sa coopération »

La France s’était dite prête, jeudi, à accueillir des migrants de l’Aquarius « qui répondraient aux critères du droit d’asile ». La vice-présidente espagnole a annoncé avoir accepté cette proposition, « après avoir eu une conversation avec l’ambassadeur de France en Espagne ».

Le nouveau chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, « a remercié le président Macron pour sa coopération sur cette question » et « considère que c’est dans ce cadre de coopération que l’Europe doit répondre » à la question migratoire, selon le communiqué.

Pedro Sanchez - arrivé au pouvoir le 1er juin après une motion de censure contre le conservateur Mariano Rajoy - avait proposé le 11 juin d’accueillir ces migrants secourus par l’Aquarius, que l’Italie et Malte refusaient de recevoir dans leurs ports. Ce samedi, le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a une nouvelle fois interdit l'accès aux ports italiens à deux navires d’une ONG naviguant au large des côtes libyennes.