Afrique du Sud: Deux personnes tuées dans une mosquée par un assaillant armé d'un couteau

FAITS DIVERS Le suspect, armé d'un couteau, a chargé la police qui tentait de le persuader de se rendre...

20 Minutes avec agences

— 

Un homme a tué deux personnes dans une mosquée située à Malmesbury, en Afrique du Sud.
Un homme a tué deux personnes dans une mosquée située à Malmesbury, en Afrique du Sud. — Nasief Manie/AP/SIPA

Deux personnes ont été tuées à coups de couteau jeudi dans une mosquée de Malmesbury, dans la province de la ville du Cap, dans le sud-ouest de l’Afrique du Sud. Le suspect, un ressortissant somalien, a été abattu par la police.

Les forces de l’ordre, alertées vers 3 heures du matin, ont découvert les corps sans vie de deux individus attaqués à l’arme blanche. « Le suspect âgé d’une trentaine d’années, armé d’un couteau, a chargé la police qui tentait de le persuader de se rendre », a déclaré Noloyiso Rwexana, un porte-parole de la police.

Deux blessés transportés à l’hôpital

Deux autres personnes blessées lors de l’attaque, dont un imam, ont été hospitalisées. Les motivations de l’attaquant restent pour l’heure inconnues.

La police a toutefois indiqué que l’homme n’avait jamais été vu au sein de la mosquée auparavant. « On ne connaît pas » l’assaillant, a confirmé Zainab Bassa, l’épouse d’une victime. « Ses yeux étaient rouges, personne n’a pu le chasser de la mosquée. »

Une attaque similaire il y a un mois

« Nous n’avons pas de détails sur ce qui s’est passé mais nous appelons notre communauté à ne pas tirer de conclusions tant que les faits ne sont pas clairement établis », a de son côté déclaré le Muslim Judicial Council, une organisation musulmane sud-africaine, sur Facebook.

Un mois auparavant, une autre attaque avait eu lieu dans la mosquée de Verulam, au nord de Durban, où trois personnes non identifiées avaient égorgé un homme et en avaient poignardé deux autres. « À ce stade, il n’y a pas assez d’éléments pour suggérer que les deux attaques sont liées et relèvent du terrorisme », a estimé Nick Piper, directeur du cabinet de conseil Signal Risk.

>> A lire aussi : Afrique du Sud: Six mineurs tués et plusieurs blessés dans l’incendie criminel de leur bus

>> A lire aussi : Afrique du Sud: Un père croit qu'il se fait agresser et tue son fils par accident