Etats-Unis/migrants: La polémique sur les enfants séparés de leurs parents devient biblique

ETATS-UNIS Le ministre de la Justice a défendu sa politique de «tolérance zéro» en citant Saint Paul...

Philippe Berry

— 

Des gardes-frontières américains arrêtent des migrants au Texas, le 12 juin 2018.
Des gardes-frontières américains arrêtent des migrants au Texas, le 12 juin 2018. — JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Des familles déchirées. Des enfants bientôt hébergés dans des tentes par 38°. Des appels du pape et de leaders religieux à faire preuve d’humanité. La polémique sur la politique de l’administration Trump, qui pratique depuis mai la « tolérance zéro » en matière d’immigration illégale, allant jusqu’à séparer parents et enfants, prend de l’ampleur. Mais le ministre de la Justice Jeff Sessions a défendu la loi, jeudi, en paraphrasant… Saint Paul.

« En réponse à l’inquiétude de certains de nos amis de l’Eglise sur la séparation des familles, je citerais l’apôtre Saint Paul, épître aux Romains, chapitre 13 : ''Il faut obéir aux lois du gouvernement car Dieu les a décrétées afin d'assurer l'ordre'' ». Interrogée sur ce propos, la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a insisté, « faire appliquer la loi est très biblique. »

James Martin, un prêtre jésuite très actif sur Twitter, a attaqué ces justifications : « Ce n’est pas biblique de traiter migrants et réfugiés comme des animaux. Ce n’est pas biblique de prendre des enfants à leurs parents. Ce n’est pas biblique de faire appliquer des lois injustes. »

Un campement bientôt installé à la frontière

Alors que l’ONU a appelé la semaine dernière à cesser immédiatement cette "violation grave" des droits de l’enfant, Donald Trump a rendu l’opposition démocrate responsable de cette situation. La loi existait en effet déjà sous Obama et Bush, mais elle était rarement appliquée. Traverser illégalement la frontière est non seulement passible d’expulsion mais également de poursuites au pénal – c’est ce point que le ministère de la Justice fait appliquer depuis mai. Lorsque des migrants sont présentés à un juge, leurs enfants, parfois extrêmement jeunes, leur sont retirés.

Selon les chiffres officiels, 658 enfants ont été séparés de leurs parents en mai. Ils viennent s’ajouter à environ 700 autres sur la période octobre-mai. Ils sont parfois extrêmement jeunes : selon un avocat cité par CNN, un nourrisson aurait été pris à sa mère cette semaine pendant qu’elle l’allaitait. Au total, le département de la Santé et des Services sociaux doit s’occuper de plus de 11.000 mineurs arrivés illégalement aux Etats-Unis. Face à cet afflux, les centres d’hébergement sont débordés. Selon le Washington Post, le gouvernement américain devrait établir un campement provisoire à la frontière, près d’El Paso, au Texas, avec environ 400 lits.

Le patron des républicains de la Chambre, Paul Ryan, a appelé ses collègues à « trouver un compromis » législatif en votant une loi globale sur l’immigration. Le temps presse.