Pays basque espagnol: Des milliers de manifestants forment une chaîne humaine de 202 km en faveur de l'autodétermination

INDÉPENDANCE 175.000 personnes auraient pris part à cette manifestation tout en longueur, selon les organisateurs…

20 Minutes avec agences

— 

Des milliers de personnes ont formé dimanche 10 juin une chaîne humaine pour manifester en faveur de l'autodétermination du pays basque espagnol.
Des milliers de personnes ont formé dimanche 10 juin une chaîne humaine pour manifester en faveur de l'autodétermination du pays basque espagnol. — Alvaro Barrientos/AP/SIPA

202 kilomètres d’être humains. 175.000 personnes ont participé ce dimanche à une chaîne humaine à travers le Pays basque espagnol, pour revendiquer le droit à l’autodétermination de la région.

Les manifestants, brandissant des drapeaux basques rouges à croix blanche et verte, ont relié Saint-Sébastien à Vitoria, la capitale administration régionale, en passant par la métropole de Bilbao.

Référendum pour l’indépendance

Cinq mille volontaires ont participé à l’organisation, et un millier d’autobus ont été nécessaires pour transporter tous les manifestants, selon Gure Esku Dago (« C’est entre nos mains »). « Nous avons prouvé que nous voulons décider l’avenir politique de ce pays », s’est félicité le porte-parole de la plateforme, dans un manifeste lu devant la foule à Vitoria. L’initiative était soutenue par plusieurs partis et syndicats nationalistes et indépendantistes.

D’autres chaînes avaient déjà été organisées en 2014 et 2015 pour réclamer un référendum d’autodétermination. La région jouit déjà d’une grande autonomie par rapport au pouvoir central. Le basque y est une langue officielle au même titre que l’espagnol.

Les indépendantistes basques espèrent gagner en influence dans la région après la disparition de l’organisation armée ETA, dont ils ont souvent été accusés de faire le jeu. L’ETA a annoncé le 3 mai sa dissolution après 59 années d’attentats qui ont fait plus de 800 morts.

>> A lire aussi : Avec la dissolution de l'ETA, «nous vivons la fin du dernier conflit en Europe»

>> A lire aussi : En 2019, la France accueillera le G7 à Biarritz