Etats-Unis: La Maison Blanche a payé des employés pour recoller les documents déchirés par Donald Trump

RECONSTITUTION C’est une mauvaise habitude qui coûte cher aux contribuables américains…

VRB

— 

Donald Trump dans le bureau ovale
Donald Trump dans le bureau ovale — Carolyn Kaster/AP/SIPA

La phobie administrative a-t-elle gagné Donald Trump ? Dans un article publié dimanche, sur le site d’information américain Politico, on apprend que le président américain Donald Trump a pour habitude de déchirer des documents officiels, alors que ceux-ci doivent être archivés.

Pour remédier à cela, la Maison Blanche a décidé d’engager une brigade d’employés chargés de faire les poubelles du président pour… récupérer les documents transformés en « confettis » avant de les recoller ! Non, ce n’est pas une blague.

D’après l’article, « l’obligation légale de conserver les archives se heurte à l’étrange et persistante habitude du président américain de déchirer les papiers quand il n’en a plus besoin ». Ce « dispositif fastidieux » n’existait pas sous les précédentes présidences, précise Politico.

« On utilisait du Scotch Tape transparent »

Interrogés par des journalistes de Politico, des employés du service des archives de l’administration américaine racontent. « J’ai regardé mon directeur et lui ai dit : "Vous êtes sérieux ? On gagne plus de 60.000 dollars par an, on devrait faire des choses beaucoup plus importantes que ça". J’avais l’impression de faire le travail le plus ingrat qu’on aurait pu me demander à moins de devoir vider les poubelles », se souvient Reginald Young, un ancien employé de la Maison Blanche.

« On utilisait du Scotch tape, transparent. Il fallait recoller toutes les pièces ensemble comme un puzzle et donner tout cela au superviseur », explique un ex-employé Solomon Lartey, récemment licencié. Selon ces salariés, parmi les documents reconstitués, il y avait des articles de journaux annotés par Donald Trump, des invitations ou encore des lettres d’élus.

Depuis 1981, le « Presidential Records Act » oblige que tout document consulté par le président américain soit conservé et envoyé aux Archives nationales.