Suicides au Japon: les sites Internet sommés de retirer la recette d'un gaz mortel

SOCIETE Le sulfure d'hydrogène a été utilisé récemment par plusieurs dizaines de personnes pour mettre fin à leurs jours...

Avec agence

— 

La police japonaise a demandé aux fournisseurs d'accès Internet de retirer toute information permettant de concocter un gaz mortel, utilisé récemment par plusieurs dizaines de personnes pour mettre fin à leurs jours.

Au moins 48 cas de suicides par inhalation de ce gaz, le sulfure d'hydrogène, ont été signalés au Japon en un mois, selon les services de secours. Une série expliquée par la simplicité de fabrication du produit, un simple mélange de détergent et de sels de bains.

Risques pour les voisins

«Produire du sulfure d'hydrogène n'est pas illégal à l'heure actuelle, mais le risque est important que des tierces personnes respirent le gaz et meurent», a prévenu l'Agence nationale de la police.

Le ministre des Affaires intérieures Hiroya Masuda, en charge des questions de communication, a toutefois dit à la presse que le gouvernement n'interviendrait pas contre les sites contrevenant à cette demande, au nom de «la liberté d'expression».

Le sort des voisins des suicidés, victimes potentielles des émanations de gaz, inquiète particulièrement la police japonaise. Dans l'un des derniers cas en date, les voisins d'une femme qui venait de se suicider dans sa salle de bain ont été évacués par la police à cause des émanations de gaz.