VIDEO. Eruption d'un volcan au Guatemala: Le bilan s'alourdit à 69 morts

CATASTROPHE Un précédent bilan faisait état de 25 morts...

G. N. avec AFP

— 

Les cendres du volcan ont tout recouvert dans les villages à proximité, ici à Escuintla, le 4 juin.
Les cendres du volcan ont tout recouvert dans les villages à proximité, ici à Escuintla, le 4 juin. — ESTEBAN BIBA/EFE/SIPA

Les secouristes continuaient ce mardi de fouiller les décombres recouverts de cendre à la recherche de corps dans les villages détruits par l’éruption du volcan de Feu au Guatemala, qui a fait au moins 69 morts selon un bilan encore provisoire des autorités.

« Nous allons continuer jusqu’à ce qu’on retrouve la dernière victime, même si nous ne savons pas combien il y en a. Nous allons sonder la zone autant de fois que nécessaire », a déclaré à l’AFP Sergio Cabañas, directeur de la Coordination nationale pour la gestion des catastrophes (Conred).

Les projections spectaculaires de lave et de cendres de ce cratère culminant à 3.763 mètres et situé à 35 kilomètres au sud-ouest de la capitale Guatemala a semé la panique parmi les habitants des villages situés sur le flanc du volcan, et entraîné l’évacuation d’urgence de plus de 4.500 personnes.

« Je n’ai rien pu faire pour sauver ma famille »

Suspendues dans la nuit, les recherches ont repris à l’aube mardi dans les environs du volcan, encore recouverts d’une abondante couche de cendre. Et les secouristes devaient se couvrir les voies respiratoires face aux des épais nuages gris soulevés par les véhicules d’urgence sillonnant la zone.

A San Miguel Los Lotes, hameau détruit par l’éruption, un journaliste de l’AFP a pu observer lundi matin un paysage désolé mêlant décombres de maisonnettes réduites à néant et corps noircis d’hommes et d’animaux domestiques gisant entre boue et cendres encore fumantes.

Eufemia Garcia, 48 ans, doit la vie à son mari qui l’a forcée à quitter sa maison, mais elle était lundi à la recherche de trois de ses fils, de sa mère, de frères et de neveux. « Je ne voulais pas partir, je voulais y retourner, et je n’ai rien pu faire pour sauver ma famille », sanglote-t-elle.

Une immense nuée de cendres

« Si on s’en sort cette fois, une autre éruption nous aura », présageait Efrain Gonzalez, 52 ans, assis par terre dans un abri installé à Escuintlan, non loin de la localité d’El Rodeo, la plus affectée par l’éruption. Efrain est parvenu à fuir avec son épouse et son bébé d’un an, mais son fils de 10 ans et son autre fille de 4 ans sont portés disparus après que la lave eut emporté leur maison.

Dimanche, des images diffusées à la télévision et sur les réseaux sociaux ont montré une immense nuée de cendres descendant du volcan avant d’engloutir une route tandis que des habitants et des membres des équipes de secours fuyaient en courant. D’autres montraient des personnes couvertes de cendres que des secouristes essayaient de mettre à l’abri.

Le directeur de la Conred Sergio Cabañas a indiqué que les personnes décédées avaient été piégées par la lave incandescente descendue à toute vitesse du volcan. Au total l’éruption a duré plus de 16 heures, mais « une réactivation est possible », a prévenu de son côté l’Institut national de vulcanologie, recommandant de maintenir de strictes mesures de précaution dans cette région.

>> A lire aussi : L'éruption du volcan Kilauea fait pleuvoir des fils de verre sur l'île