Etats-Unis: Un jury accorde quatre dollars de dommages-intérêts à la famille d’un Afro-américain tué par la police

POLEMIQUE Ce père de trois enfants a été abattu de trois balles tirées à travers la porte de son garage...

20 Minutes avec agences

— 

Police américaine, illustration.
Police américaine, illustration. — Jewel SAMAD / AFP

Quatre dollars de dommages-intérêts à la famille de la victime : voici la décision rendue la semaine dernière par un jury américain après la mort, en 2014, d’un Afro-américain père de trois enfants, tué à son domicile par la police dans des circonstances controversées.

Gregory Hill, 30 ans, a été mortellement blessé de trois balles par un des deux policiers qui intervenaient à la suite d’un appel d’un voisin, se plaignant du bruit de la musique provenant du garage.

Absence d’abus de force

Au moment des faits, cet habitant de la ville de Fort Pierce en Floride (Etats-Unis) était ivre et une arme a été retrouvée dans sa poche arrière. Il a été atteint par des balles tirées à travers la porte du garage par un policier blanc, Christopher Newman, qui a affirmé que Gregory Hill brandissait son arme juste auparavant.

Le jury fédéral a conclu à l’absence d’abus de force de la part de l’agent Newman. Son responsable hiérarchique, le shérif du comté de St. Lucie Ken Mascara, a seulement été jugé coupable d’une légère négligence.

Dommages-intérêts réduits à néant

Les jurés ont donc accordé quatre dollars de dommages-intérêts à la famille de la victime : un dollar pour les frais d’obsèques et un dollar pour chacun des trois enfants désormais orphelins.

Les jurés ayant parallèlement estimé que le shérif n’était cependant responsable de la mort du père de famille qu’à hauteur de 1 %, ce montant compensatoire a ensuite été réduit à… quatre centimes de dollar. Cette somme symbolique a finalement été réduite à néant par le juge, qui a dit se fonder sur l’avis du jury selon lequel Gregory Hill était ivre et premièrement responsable des tirs policiers.

4.000 dollars collectés pour la famille

La famille de Gregory Hill affirme de son côté qu’il a été abattu sans jamais avoir brandi d’arme. Selon eux, l’autopsie a conclu à l’impossibilité que le trentenaire ait pu mettre une arme dans sa poche après avoir été atteint par les tirs. « Il s’occupait de ses affaires en écoutant (le rappeur) Drake, quand les policiers sont arrivés, passant moins de 60 secondes sur sa propriété », a relaté l’avocat John Phillips. Le père de famille « a ouvert et refermé la porte de son garage pour apaiser la situation. Le policier a tiré à travers la porte du garage », a-t-il ajouté.

Dénonçant un « verdict révoltant », l’avocat a annoncé jeudi qu’un site de financement participatif avait permis de rassembler plus de 4.000 dollars (3.400 euros) pour la famille de la victime.

>> A lire aussi : Etats-Unis: La police abat un jeune afro-américain qui tenait son téléphone portable

>> A lire aussi : Etats-Unis: Un Afro-américain abattu par des policiers à Brooklyn

>> A lire aussi : Etats-Unis: La police tue un homme sourd qui n'entendait pas les ordres