Etats-Unis: Une école catholique censure le discours d'un étudiant, il le prononce au mégaphone

CENSURE La direction d’un lycée catholique du Kentucky a jugé trop « politique » le discours que Christian Bales, premier de la promo, devait prononcer lors de la cérémonie des diplômes…

20 Minutes avec agence

— 

Une église américaine (image d'illustration).
Une église américaine (image d'illustration). — MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Christian Bales est un excellent élève. Le jeune homme de 18 ans, qui revendique son homosexualité, est sorti premier de la promo d’un établissement catholique à Covington, dans le Kentucky (Etats-Unis) où il poursuit ses études.

À ce titre il aurait dû lui revenir le privilège de prononcer le discours accompagnant la cérémonie de remise des diplômes. Mais la direction de l’école a jugé le contenu de l’allocution trop politique et a aussi refusé celle de la deuxième de la promo, Katherine Frantz, rapporte ce vendredi Slate, qui relaye un article du New York Times.

L’activisme au cœur du discours refusé

Le discours de l’étudiant évoquait le militantisme des jeunes, comme ceux de Parkland, en Floride, qui veulent la régulation du port d’armes, ou ceux qui ont défendu le retrait de statues sudistes dans le Kentucky. Le jeune homme devait également parler de façon positive des jeunes de son école anti-avortement.

C’était sans compter sur le diocèse local, qui, dans un communiqué, a indiqué que « lorsque les discours ont été reçus, nous avons trouvé qu’ils contenaient des éléments politiques qui n’étaient pas en accord avec les enseignements de l’Église catholique ».

Le buzz sur internet

Afin de lutter contre ce qu’il qualifie de censure, le père du jeune homme lui a proposé d’amener un mégaphone afin qu’il prononce son discours après la cérémonie officielle. Ce qu’on fait Christian Bales et Katherine Frantz devant une foule de parents et d’élèves. L’événement a ainsi fait le tour des réseaux sociaux. La tentative de censure du diocèse a finalement eu l’effet inverse, donnant une caisse de résonance encore plus forte au discours du jeune homme.

Ce dernier espère d’ailleurs que l’incident puisse servir de leçon : « Il y aura d’autres élèves comme moi. Il y aura d’autres élèves queer ou trans. Ça ne va pas s’arrêter. J’espère que cette expérience permettra de créer un environnement plus harmonieux pour les élèves de cette école ».

>> A lire aussi : Etats-Unis: Enceinte, l’étudiante de Harvard passe ses examens sous péridurale et obtient son diplôme

>> A lire aussi : Violences sexistes à l'école: «Les garçons subissent parfois plus certaines violences que les filles»