Corée du Nord: Le sommet Kim-Trump à nouveau à l’ordre du jour?

DIPLOMATIE Le vice-président nord-coréen, un très proche de Kim Jong Un, est en route pour les Etats-Unis, où il doit rencontrer le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo…

R.G-V. avec AFP

— 

Illustration: Le président américain Donald Trump (G) et le leader nord-coréen, Kim Jong-un (D).
Illustration: Le président américain Donald Trump (G) et le leader nord-coréen, Kim Jong-un (D). — Nicholas KAMM, KCNA via KNS / KCNA VIA KNS / AFP

Le sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong Un semble bel et bien à nouveau sur les rails. Un des plus hauts dirigeants nord-coréens est en route vers les Etats-Unis pour une rarissime visite afin de préparer ladite rencontre.

«Nous avons constitué une excellente équipe pour nos discussions avec la Corée du Nord. Des rencontres se déroulent actuellement concernant le sommet, et plus. Kim Yong Chol, le vice-président de la Corée du Nord, se rend en ce moment à New York. Bonne réponse à ma lettre, merci !», a tweeté ce mardi le président américain.... quelques jours seulement après avoir décidé (à la surprise générale) d'annuler le sommet.

Préparation « active »

Ce général très proche du dirigeant nord-coréen rencontrera dans les prochains jours le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, a ensuite annoncé la Maison Blanche, assurant «se préparer activement» pour le sommet Trump-Kim du 12 juin à Singapour. Le chef de la diplomatie des Etats-Unis dirige l’équipe de négociateurs américains pour ces préparatifs, et s’est déjà entretenu avec Kim Yong Chol à Pyongyang, où il s’est rendu à deux reprises ce printemps.

Après la rupture spectaculaire de la semaine dernière, quand Donald Trump a écrit à Kim Jong Un pour lui signifier l’annulation de leur rencontre en raison de «l’hostilité» du régime de Pyongyang, l’heure est donc à nouveau à l’optimisme et à l’effervescence diplomatique à deux semaines du jour J.

Même son de cloche du côté de Pyongyang

A en croire Chung Sung-yoon, expert à l’Institut de Corée pour l’Unification nationale, le vice-président Kim Yong Chol sera le plus haut responsable nord-coréen à fouler le sol américain depuis le vice-maréchal Jo Myong Rok, qui avait rencontré en 2000 l’ancien président Bill Clinton.

De l’autre côté, un porte-parole de la mission nord-coréenne à l’ONU a simplement confirmé que les «préparatifs pour le sommet se poursuivaient au plus haut niveau».

Quel ordre du jour ?

Depuis dimanche, d’autres indices, en Corée, mais aussi à Singapour où doit avoir lieu le sommet, laissent à penser que les préparatifs vont à nouveau bon train. Les diplomates n’ont plus que deux semaines pour finaliser la préparation logistique du sommet, mais aussi en fixer l’ordre du jour.

Washington exige de Pyongyang une «dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible» avant tout allégement des lourdes sanctions internationales qui pèsent sur la Corée du Nord en représailles à ses programmes d’armements balistique et nucléaire. Mais Pyongyang n’a jusqu’ici jamais accepté de payer ce prix, présentant son arsenal comme une garantie pour la survie du régime.

>> A lire aussi : «Explosion», «poussière» et «chaleur»... La Corée du Nord a bien démantelé son site d'essais nucléaires

>> A lire aussi : Corée du Nord: Donald Trump évoque un possible report du sommet avec Kim Jong-un