Le bilan de l'ouragan Maria a été largement révisé.
Le bilan de l'ouragan Maria a été largement révisé. — HECTOR RETAMAL / AFP

CATASTROPHE

Porto Rico: Le bilan de l’ouragan Maria passe de 64 à 4.600 morts

Des chercheurs de Havard ont mené une étude indépendante sur le terrain pour trouver un bilan plus réaliste que celui des autorités locales…

Le bilan humain de l’ouragan Maria, qui a touché l’île américaine de Porto Rico le 20 septembre 2017, a été réévalué. Et pas qu’un peu. Maria a ainsi tué plus de 4.600 personnes et non 64, comme l’a annoncé le bilan officiel, largement contesté. Ce nouveau bilan provient d’une étude indépendante publiée ce mardi.

A partir d’un travail de terrain, une équipe de chercheurs de l’université d’Harvard a établi que le taux de mortalité sur ce territoire américain, dans les trois mois après la catastrophe, avait bondi de 62 % par rapport à la normale. Principalement car un grand nombre d’habitants ont été privés d’électricité, d’eau, de téléphone ou de transport, et n’avaient plus accès aux soins. Au moment du drame, les secours en ont largement subi ces conséquences, tout comme le processus normal de déclaration de décès des victimes de l’ouragan.

Bilan rapidement ridiculisé

Le gouvernement fédéral avait été critiqué pour la lenteur de sa réaction, qui tranchait avec la haute priorité assignée par le président Donald Trump au Texas et à la Louisiane, frappés par un autre ouragan à la même période, la tempête Harvey. Et le bilan des autorités est depuis longtemps contesté voire ridiculisé. Dès décembre 2017, une étude des actes de décès par le New York Times avait par exemple conduit à plus de 1.000 morts dans les 40 jours suivant l’ouragan… déjà loin des 64 décès du décompte officiel.

Pour obtenir un bilan précis, les chercheurs ont organisé l’équivalent d’un recensement partiel. Ils ont frappé à 3.299 portes, sur l’ensemble de l’île, selon un échantillon représentatif, et demandé si des personnes des ménages choisis étaient décédées entre le 20 septembre et le 31 décembre 2017. Statistiquement, les résultats sont significatifs et ont permis d’établir un taux de mortalité de 14,3 morts pour 1.000 personnes à cette période, soit 62 % de plus que lors de la même période en 2016. Au niveau de l’île, cela signifie 4.645 morts en plus.

Estimation basse

Les chercheurs expliquent en outre que leur estimation est probablement basse, pour une raison simple : ils n’ont pas pu comptabiliser les personnes vivant seules qui sont mortes, car elles n’ont par définition pas pu répondre au sondage.

Le gouvernement de Porto Rico est conscient de l’irréalisme de son bilan et a chargé en février dernier une équipe de l’Université George-Washington de conduire une étude de la mortalité de septembre jusqu’à février 2018.

Une île américaine, mais pas un Etat

Porto Rico, située juste à l’est de l’île de Saint-Domingue, en mer des Caraïbes, ne fait pas partie des 50 Etats américains, mais est l’un des cinq territoires appartenant aux Etats-Unis. Leurs trois millions d’habitants ont la citoyenneté américaine mais Porto Rico n’a pas d’élu au Congrès, et certaines lois y sont différentes du continent.