Un deuxième bébé panda né au zoo de Kuala Lumpur présenté au public

MIGNON C'est le deuxième bébé à être mis au monde au zoo national de Kuala Lumpur par un couple de pandas géants...

L.B. avec AFP

— 

Une petite panda femelle de quatre mois a été présentée samedi au public au zoo national de Kuala Lumpur
Une petite panda femelle de quatre mois a été présentée samedi au public au zoo national de Kuala Lumpur — Vincent Thian/AP/SIPA

Une petite panda femelle de quatre mois a été présentée samedi au public au zoo national de Kuala Lumpur. C'est le deuxième bébé à y être mis au monde par un couple de pandas géants prêtés par la Chine à la Malaisie.

Cette deuxième naissance constitue un succès rare pour un zoo en raison des difficultés notoires de reproduction des pandas géants en captivité. Un succès attribué au fait que la mère, Liang Liang, et le père, Xing Xing, sont en bonne santé et « capables de s’accepter mutuellement », a expliqué aux journalistes le directeur du centre de conservation du Panda géant au zoo, Mat Naim Ramli.

Un concours en ligne pour choisir le nom

« Le bébé pèse 9 kg », a-t-il ajouté, « sa croissance est assez rapide et elle est déjà capable de bouger doucement ». Le bébé se nourrit actuellement du lait de sa mère. « Nous aurons un concours en ligne pour choisir le nom du bébé », a déclaré l’ambassadeur chinois Bai Tian, se félicitant de voir le petit animal « à l’aise et heureux ».

Sa grande soeur, Nuan Nuan, née au zoo en août 2015, a été envoyée en Chine en novembre 2017 dans le cadre d’un accord avec Pékin prévoyant le retour des bébés nés en captivité avant l’âge de deux ans. Les parents étaient arrivés en Malaisie en 2014 dans le cadre d’un prêt de dix ans.

Une espèce « vulnérable »

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) avait sorti en septembre 2016 le panda géant de la liste des espèces « en danger », soulignant l’efficacité des efforts entrepris par la Chine pour sauver le mammifère. La population de pandas géants était passée de 1.216 en 1988 à 1.864 en 2014. L’espèce reste toutefois « vulnérable » et « les efforts doivent continuer », le changement climatique menaçant les bambous dont il se nourrit, selon l’UICN.

Plus de 80 % des pandas sauvages du monde se trouvent dans la province chinoise du Sichuan (sud-ouest) et le reste dans celles limitrophes du Shaanxi et du Gansu, situées plus au nord.

>> A lire aussi : Yuan Meng du parc de Beauval élu «bébé panda de l’année»