Italie: Le juriste Giuseppe Conte pressenti pour diriger le gouvernement

POLITIQUE Eloigné du monde politique italien, l'avocat est pressenti pour diriger le prochain gouvernement...

A.B. avec AFP

— 

Le juriste Giuseppe Conte (à dr.) est pressenti pour prendre la tête du gouvernement italien.
Le juriste Giuseppe Conte (à dr.) est pressenti pour prendre la tête du gouvernement italien. — Filippo MONTEFORTE / AFP

Est-ce lui qui prendra les commandes du pays ? Giuseppe Conte, avocat et professeur de droit de 54 ans, inconnu du grand public et jusqu’à présent éloigné du monde politique italien, est pressenti pour diriger le gouvernement en gestation en Italie, selon la presse italienne lundi.

Un accord conclu entre le parti antisystème et l'extrême droite

Luigi Di Maio et Matteo Salvini, les chefs de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et de la Ligue (extrême droite) qui ont conclu un accord sur un programme commun, doivent présenter lundi en fin d’après-midi leur choix pour diriger le gouvernement.

Les deux hommes sont restés très discrets, mais après s’être perdue en conjectures pendant une dizaine de jours, la presse italienne pariait lundi sur Giuseppe Conte.

Un juriste au parcours brillant

Né en 1964 à Volturara Appula, une minuscule commune de 500 habitants des Pouilles (sud), Giuseppe Conte a fait de brillantes études de droit à Rome. Avant les élections législatives du 4 mars, le M5S l’avait présenté comme possible ministre chargé de « débureaucratiser » l’administration publique.

Le public avait alors brièvement découvert cet homme assez grand, arborant un élégant costume et une mèche rebelle brune, qui ne s’est ensuite plus montré pendant les tractations gouvernementales. Son CV publié sur le site internet du M5S court sur 12 pages et mentionne des séjours d’études et de recherches dans les universités les plus prestigieuses du monde entier.

Il a enseigné dans des universités en Sardaigne, à Rome, à Florence ou à Malte et il donne actuellement des cours de droit privé à Florence et à la prestigieuse université Luiss de Rome. Il a aussi un studio d’avocats à Rome.

Il a été membre du conseil d’administration de l’Agence spatiale italienne, consultant juridique de la Chambre de commerce de Rome, ou encore membre du comité de surveillance de plusieurs sociétés d’assurances en faillite.