Cuba: Enquête et deuil après le crash qui a tué 110 personnes

CUBA Sur les 113 personnes à bord, seules trois femmes cubaines ont survécu et étaient hospitalisées dans un état critique...

M.C. avec AFP

— 

La mère de l'une des victimes du crash à La Havane, le 19 mai 2018.
La mère de l'une des victimes du crash à La Havane, le 19 mai 2018. — Alejandro Ernesto/EFE/SIPA
  • Un deuil officiel de deux jours a été décrété après cet accident, le plus grave depuis 1989.
  • Les causes de la chute de l'avion ne sont pas encore connues.
  • L'identification des victimes pourrait prendre des semaines.

Cuba en deuil après son crash le plus meurtrier en près de 30 ans. Le douloureux travail d’identification des 110 personnes - dont onze étrangers - tuées dans un accident d’avion, et l’enquête sur les raisons du crash, a début sur l’île samedi.

Sur les 113 personnes à bord, seules trois femmes cubaines ont survécu et étaient hospitalisées dans un état critique. Selon le ministre des Transports Adel Yzquierdo, 99 Cubains ont péri, ainsi que six membres d’équipage mexicains, trois touristes étrangers - une Mexicaine et un couple argentin - et deux résidents sahraouis. Cinq enfants sont notamment décédés. Le précédent bilan officiel évoquait un nombre inférieur de personnes à bord, 110, dont trois survivants.

Une des deux boîtes noires a été retrouvée « en bon état »

Un deuil officiel de deux jours a été décrété après cet accident, le plus grave depuis 1989, survenu vendredi midi dans un champ près de l’aéroport de La Havane, alors que l’appareil se rendait à Holguin (est de Cuba).

On ignorait encore samedi ce qui a provoqué la chute de l’avion peu après son décollage, au moment où il engageait un virage mais Adel Yzquierdo a annoncé qu’une des deux boîtes noires avait été retrouvée « en bon état ». « Nous devons recevoir l’autre dans les prochaines heures », a-t-il ajouté.

L’avion était loué par la compagnie publique cubaine Cubana de Aviacion au Mexicain Global Air, également connu sous le nom de Aerolineas Damojh, sous une formule de « wet lease », qui inclut l’équipage complet, en l’occurrence deux pilotes, trois hôtesses et un technicien.

 

Une équipe mexicaine de spécialistes sur place

Le nouveau président cubain Miguel Diaz-Canel, qui s’est rendu samedi à la morgue et à l’hôpital où sont soignées les rescapées, a annoncé le lancement d’une enquête. La direction générale de l’aéronautique civile mexicaine a dépêché une équipe de spécialistes pour assister les autorités cubaines et l’avionneur américain Boeing a mis sur pied une équipe technique pour répondre aux éventuels besoins de La Havane.

« Nous avons accepté qu’ils viennent et que viennent les experts internationaux et les assureurs », a indiqué le ministre Yzquierdo, qui a précisé que l’appareil était loué depuis « moins d’un mois » par Cubana de Aviacion et que la compagnie mexicaine « s’occupe de l’entretien des avions (qu’elle loue), c’est sa responsabilité ». Fabriqué en 1979 selon le gouvernement mexicain, il avait passé sa dernière révision en novembre 2017.

L’identification des victimes pourrait prendre des semaines

A Mexico, un ancien pilote de la compagnie Global Air a affirmé au quotidien Milenio avoir constaté entre 2005 et 2013 certaines déficiences dans l’entretien des appareils. « Il y a des mécaniciens très compétents mais ils manquent de pièces de rechange ».

Samedi après-midi, quinze victimes avaient déjà été identifiées selon les autorités, qui ont prévenu qu’il faudrait patienter avant d’identifier tous les corps, en grande partie brûlés lors de l’incendie de l’appareil au sol. « Ce processus prend du temps, nous ne pouvons donner un délai exact mais nous estimons que cela va prendre des jours, probablement des semaines », a déclaré le vice-ministre de la Santé, Alfredo Gonzalez.