Gaza: Deux Palestiniens succombent à leurs blessures infligées lundi, nouveau bilan de 61 morts

BILAN Le transfert de l'amabassade américaine à Jérusalem ne s'est pas déroulé sans heurts dans la bande de Gaza, lundi...

20 Minutes avec AFP

— 

Les combats entre Palestiniens et Israéliens sur la bande de Gaza, le 18 mai 2018.
Les combats entre Palestiniens et Israéliens sur la bande de Gaza, le 18 mai 2018. — MOHAMMED ABED / AFP

Cinq jours après les combats consécutifs au transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, le bilan des décès côté palestinien monte à 61.  Deux Palestiniens blessés lundi par des soldats israéliens lors des manifestations dans la bande de Gaza le long de la frontière avec l’Etat hébreu sont décédés, ont en effet indiqué ce samedi des sources médicales palestiniennes.

Selon un communiqué du ministère de la Santé à Gaza, il s’agit de Mohammed Mazen Alyan, 20 ans, qui avait été blessé à l’est du camp de réfugiés de Al-Bureij, et de Mouin Abdel-Hamid Al-Saï, 58 ans. Ce dernier a été blessé à l’est de la ville de Gaza, ont précisé des sources médicales.

Israël accuse le Hamas

Depuis le 30 mars, les Palestiniens manifestaient le long de la frontière pour le droit des réfugiés à revenir sur les terres de 1948, date de la création d’Israël. Au total, 118 Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens à la frontière entre la bande de Gaza et l’Etat hébreu depuis cette date, selon les autorités gazaouies.

Israël assure qu’il a tout fait pour limiter les victimes civiles et ne tirer à balles réelles qu’en dernier ressort. Il accuse le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, de pousser les civils sur la ligne de front pour couvrir des tentatives d’incursion en territoire israélien.

>> A lire aussi : Affrontements à Gaza: Menaçant ou pas, «n'importe quel manifestant peut être tué»