L'Equateur aurait dépensé 5 millions de dollars pour protéger et espionner Julian Assange

MONDE Le fondateur de Wikileaks est réfugié dans l'ambassade du pays à Londres depuis 2012...

M.C.

— 

L'ambassade équatorienne à Londres, en janvier 2018.
L'ambassade équatorienne à Londres, en janvier 2018. — Adrian DENNIS / AFP

Un invité bien coûteux. Le gouvernement équatorien aurait dépensé au moins cinq millions de dollars (4,2 millions d’euros) pour un programme de protection et surtout de surveillance de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, réfugié dans son ambassade à Londres depuis 2012, révèle le Guardian.

Baptisée « Operation Guest » (opération invité) puis plus tard « Operation Hotel », cette opération au coût moyen de 66.000 dollars par mois aurait consisté notamment à employer une entreprise privée de sécurité et des agents infiltrés pour protéger et espionner Julian Assange. Grâce à des caméras installées spécialement dans l’ambassade, des équipes se relayaient 24h sur 24 pour surveiller toute l’activité des lieux. Deux personnes étaient présentes à tout moment dans un appartement voisin de l’ambassade, loué 2.800 livres (3.200 euros) par mois dans le chic quartier londonien de Knightsbridge.

L’ambassadeur ne semblait pas être au courant

Le personnel était chargé d’enregistrer les activités quotidiennes de Julian Assange, ses interactions avec les employés de l’ambassade, son équipe d’avocats et les autres visiteurs, dont les noms étaient consignés dans un registre détaillé : groupes nationalistes européens, personnes liées au Kremlin, mais aussi hackers, activistes, avocats, journalistes, et même Nigel Farage, ancienne figure du parti britannique europhobe Ukip et « champion » du Brexit.

Selon des documents consultés par le Guardian, l’opération était validée par Rafael Correa, figure de la gauche sud-américaine et président de l’Equateur jusqu’à l’an dernier, et par le ministre des Affaires étrangères Ricardo Patino. L’ambassadeur, lui, ne semblait pas être au courant, jusqu’à ce qu’un avis d’impôts locaux pour l’appartement loué soit envoyé à l’ambassade en mai 2015. Il aurait alors dû être « briefé » par son ministre de tutelle.

Une relation qui s’est dégradée au fil du temps

Si le coût de l’opération incluait au début un plan média pour améliorer l’image de l’Australien, ou l’élaboration de plans d’exfiltration au cas où les autorités britanniques auraient cherché à pénétrer par la force dans l’ambassade, la relation entre Assange et son pays hôte s’est dégradée avec le temps, note le Guardian.

Le fondateur de Wikileaks aurait ainsi piraté le pare-feu de l’ambassade, interceptant les communications officielles et personnelles des employés, selon une source du journal. Wikileaks a démenti l’information via son compte Twitter. Fin mars, l’Equateur a annoncé qu’il avait coupé « les systèmes » de communication « avec l’extérieur » de l’Australien.

Les raisons pour lesquelles le gouvernement équatorien aurait mis en place cette surveillance ne sont pas précisées, mais le sujet est particulièrement sensible : selon le Guardian, des journalistes d’investigation équatoriens qui enquêtaient sur le sujet ont été forcés de transférer l’hébergement de leurs sites à l’étranger pour éviter les cyberattaques, et parfois traînés en justice. Certains auraient dû recourir à l’exil.

Julian Assange a trouvé asile en juin 2012 dans l’ambassade d’Équateur pour échapper à une extradition vers la Suède, où il était recherché depuis fin 2010 pour des accusations de viol et d’agression sexuelle, qu’il nie. En cas d’arrestation, Assange craint d’être extradé et jugé aux États-Unis pour la publication par WikiLeaks en 2010 de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.