Chine: Le premier porte-avions entièrement construit par Pékin démarre ses premiers essais en mer

ARMÉE La Chine entend ainsi rivaliser avec la puissance militaire maritime des États-Unis, présents dans le Pacifique…

20 Minutes avec agences

— 

Le porte avions russe Kuznetsov, sur le modèle duquel le
Le porte avions russe Kuznetsov, sur le modèle duquel le — Wikimedia Commons / Domaine public

Le premier porte-avions chinois, construit de façon indépendante par Pékin, a démarré ce dimanche ses premiers essais en mer, selon la presse d’État. L’engin est le deuxième porte-avions possédé par le pays.

Surnommé « Type-001A », le navire a quitté un terminal portuaire du nord-est du pays tôt le matin, escorté par plusieurs bateaux militaires de taille réduite. C’est la première fois que son système de propulsion, sa motorisation et son système de navigation du navire seront testés en mer.

Deux porte-avions

La Chine dispose pour l’instant d’un seul porte-avions opérationnel : le Liaoning. Construit par l’ex-URSS et racheté à l’Ukraine, il a été intégré au service actif en 2012. Le second porte-avions doit rejoindre officiellement les forces navales en 2018.

Ces deux navires sont similaires : ils sont à propulsion classique (non nucléaire), peuvent embarquer une quarantaine d’avions et sont équipés d’une rampe de lancement en tremplin. Les spéculations sont vives sur la possible construction d’un troisième porte-avions, qui pourrait bénéficier d’un système de propulsion par catapulte. Cela permettrait aux chasseurs d’embarquer plus de missiles et d’effectuer des missions plus longues.

Bataille territoriale

Considérée comme la deuxième force mondiale, la Chine entend, entre autres, rivaliser avec la puissante marine américaine (US Navy) dans le Pacifique. Le pays a lancé un ambitieux programme aéronaval de plusieurs centaines de milliards d’euros.

Le régime communiste entend affirmer avec davantage de fermeté ses prétentions territoriales en mer de Chine méridionale, arguant d’une présence plus ancienne dans la zone. Elle dispute la région à d’autres pays (Vietnam, Philippines, Malaisie, Bruneï).

Pékin a fait renforcer des récifs qu’elle y administre afin d’y construire des installations, notamment militaires. Les Etats-Unis ont réagi en envoyant croiser des navires de guerre dans la région.

>> A lire aussi : Le Japon va-t-il renoncer à sa constitution pacifiste?

>> A lire aussi : Corée du Nord: Le site d'essais nucléaires démantelé avant le sommet avec Donald Trump