Le Pakistan valide une loi très progressiste pour les personnes transgenres

LGBTQ Le Sénat a adopté mardi dernier, une loi historique qui interdit notamment toutes discriminations envers les personnes transgenres, au travail, à l’école et dans les services publics…

M.F.

— 

Des membres de la communauté transgenre pakistanaise s'étaient réunis le 20 novembre 2017 pour dénoncer les  violences et humiliations dont sont victimes les personnes transgenres dans le pays.
Des membres de la communauté transgenre pakistanaise s'étaient réunis le 20 novembre 2017 pour dénoncer les violences et humiliations dont sont victimes les personnes transgenres dans le pays. — Shakil Adil/AP/SIPA

Une loi ultra-progressiste dans un pays conservateur. Récemment validée par le Sénat, la « Transgender Persons (Protection of Rights) Act », est une loi qui va radicalement changer la vie des Pakistanais transgenres. Elle définit l’identité de genre comme « le sentiment intime et individuel d’une personne en tant qu’homme, femme, un mélange des deux ou d’aucun ». Grâce à cette mesure, les citoyens seront libres de choisir leur identité de genre et de l’inscrire sur leurs papiers d’identité, passeports et permis de conduire.

La législation qui doit prochainement entrer en vigueur, interdit aussi toute forme de discrimination à l’encontre des personnes transgenres, au travail, à l’école et dans les services publics. « Les personnes transgenres sont l’une des communautés les plus marginalisées du pays et elles font face à de nombreux problèmes allant de l’exclusion sociale aux discriminations, en passant par le manque d’accès à l’éducation, au chômage, aux soins médicaux et bien d’autres », peut-on lire dans le texte de loi.

10.000 personnes transgenres

Le Pakistan compte 207 millions d’habitants, dont un peu plus de 10.000 personnes transgenres, selon un recensement de 2017. Trans Action Pakistan rapporte que la communauté trans est souvent soumise à une violence extrême, comme des agressions sexuelles, des viols, des tortures et des exécutions. Par ailleurs, les personnes transgenres sont souvent obligées de recourir au travail sexuel ou de mendier pour survivre.

La loi très progressiste concerne cependant uniquement des questions de genre et non de sexualité. Dans un pays où l’homosexualité est encore illégale, le texte n’inclut pas de protection pour les citoyens homosexuels, lesbiennes ou encore bisexuels.

>> A lire aussi : Un transsexuel star de la télévision pakistanaise