Hillary Clinton et Barack Obama dans la dernière ligne droite?

ETATS–UNIS ton devient plus agressif entre les deux prétendants démocrates à la Maison Blanche…

Sa C avec agence

— 

Les présidentiables Barack Obama et Hillary Clinton s'accusent mutuellement de malhonnêteté intellectuelle sur le dossier épineux des primaires du Michigan et de Floride, deux Etats où les victoires sans campagne de l'ex-Première dame sont invalidées par les instances nationales du parti démocrate.
Les présidentiables Barack Obama et Hillary Clinton s'accusent mutuellement de malhonnêteté intellectuelle sur le dossier épineux des primaires du Michigan et de Floride, deux Etats où les victoires sans campagne de l'ex-Première dame sont invalidées par les instances nationales du parti démocrate. — Stan Honda AFP/Archives

Toujours au coude à coude dans les suffrages, Hillary Clinton et Barack Obama devraient être départagés par le vote de la primaire de Pennsylvanie, mardi. Un vote décisif avant lequel les deux prétendants démocrates à la Maison Blanche ont affûté leurs armes. Et donne à cette campagne des allures de loi du Talion.

Clip axé sur la terreur


Le ton est ainsi devenu plus agressif, lundi, entre candidats. Les deux camps ont bombardé les chaînes de télévision locales de clips de campagne virulents, n'hésitant pas à étaler les divisons du camp démocrate sous l'oeil incrédule et ravi des républicains.

Première à dégainer, Hillary Clinton a lancé un nouveau axé sur la terreur. Sur des images de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, de la crise des missiles à Cuba en 1962 et... d’Oussama ben Laden, une voix off précise: «Vous devez être prêt à tout, spécialement maintenant alors que nous sommes engagés dans deux guerres (en Irak et en Afghanistan, ndlr), que les prix du pétrole explosent et que l'économie est en crise».



Un clip qui s’inscrit dans la stratégie que la candidate observe depuis le début, à savoir clamer tout haut ses compétences et émettre des doutes sur les capacités de Barack Obama à gouverner.

Mais ce dernier n’est pas en reste. Fort du soutien de Michael Moore, officialisé lundi, et de celui du Financial Time, le sénateur de l’Illinois s’est autorisé quelques piques, accusant sa rivale d'employer une stratégie «de caniveau». «Vous avez appris les mauvaises leçons des républicains en adoptant leurs tactiques», a-t-il asséné dimanche. Et Hillary de rétorquer lundi. Dans un entretien publié par le «Philadelphia Inquirer», la sénatrice de New York a accusé son rival «de faire ce que font les candidats quand ils sont désespérés».

Car les enjeux sont de taille. Un échec d’Hillary Clinton en Pennsylvanie sonnerait le glas de ses ambitions présidentielles. A l’opposé, une sévère défaite d’Obama serait également lourde de conséquences. Si le sénateur de l'Illinois a gagné dans davantage d'Etats que sa rivale, compte plus de délégués et a engrangé plus de voix que Clinton au niveau national, il n'a remporté aucun «grand» Etat ou Etat-clef dans la perspective de l'élection présidentielle de novembre. Des résultats sur le fil qui discréditent l’union démocrate, ne permettant pas d’offrir au candidat final une assise confortable pour affronter John McCain, le candidat républicain à l’élection présidentielle.

Hillary en avance

Si la victoire pronostiquée par les sondages d’Hillary Clinton se confirme, la candidate est créditée de 6 à 10 points d’avance sur son rival, la course à l'investiture se poursuivra encore au moins jusqu'au 6 mai date des primaires dans l'Indiana (nord) et en Caroline du Nord (sud-est).

Certains commentateurs estiment que la course de fond que se livrent les démocrates pourrait trouver son issue à l'occasion de cette primaire. Mais rien n'empêche les deux rivaux de continuer la course jusqu'à la fin du cycle des primaires le 3 juin. Et d’aborder le sprint final, face à McCain, à bout de souffle.

BLOGS

La rédaction de 20minutes.fr vous fait suivre la campagne de l'intérieur sur USA 2008.

La Bondy Blog aussi, avec Mohamed in America