Nicolas Maduro, président du Venezuela, le 30 avril 2018 à Caracas.
Nicolas Maduro, président du Venezuela, le 30 avril 2018 à Caracas. — Cristian Hernandez/EFE/SIPA

DIPLOMATIE

Les Etats-Unis prennent de nouvelles sanctions contre le Venezuela

Les Etats-Unis ont annoncé ce lundi de nouvelles sanctions à l’encontre du Venezuela et le report de l’élection présidentielle...

Les Etats-Unis ont annoncé ce lundi avoir pris des sanctions contre une vingtaine d’entreprises dont 16 basées au Venezuela et contre trois individus dont un ancien directeur du service vénézuélien de renseignements financiers.

« Le bureau de contrôle des actifs étrangers (Ofac) du département américain au Trésor a identifié le ressortissant vénézuélien Luis Martin Olivares (dit Martin) comme un important trafiquant de drogues », indique le Trésor dans un communiqué. Il s’agit d’un ancien responsable du service de renseignements financiers.

Une vingtaine d’entreprises concernées

Dans ses activités de trafic de drogue et de blanchiment d’argent, Martin aurait aussi bénéficié du soutien financier ou logistique de Walter Alexander Del Nogal Marquez (dit Del Nogal) et de Mario Antonio Rodriguez Espinoza (Rodriguez). L’Ofac a aussi désigné 20 entreprises dont 16 au Venezuela, le reste au Panama, qui ont été détenues ou contrôlées par ces trois individus.

Par conséquent, l’administration américaine a ordonné la saisie de tous les actifs de ces personnes et interdit aux citoyens américains tout commerce avec les sociétés sanctionnées.

Crise économique et politique

Classé en défaut partiel par les agences de notation, le Venezuela traverse une très grave crise économique qui a déjà poussé des centaines de milliers d’habitants à fuir le pays.

L’Union européenne, les Etats-Unis et une grande partie de l’Amérique latine ont critiqué la décision de Caracas d’avancer au 20 mai 2018 le scrutin présidentiel, généralement organisé en décembre, dénonçant un manque de transparence et de garanties d’élections libres.

La coalition de l’opposition vénézuélienne a appelé au boycott de ce scrutin et à une grande manifestation pour protester contre ce qu’elle qualifie de « fraude ». Mais elle doit composer avec le découragement des Vénézuéliens vis-à-vis de la politique : ses récentes tentatives de rallumer la flamme des protestations massives du printemps 2017 contre le président socialiste, qui avaient fait 125 morts, n’ont pas trouvé un grand écho.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron veut accroître les sanctions européennes contre le régime de Maduro