Treize personnes ont été tuées et plus d’une centaine hospitalisées en quelques jours après avoir bu de l’alcool de riz ou de l’eau frelatés dans une province du centre du Cambodge, ont annoncé ce lundi les autorités.

« Les échantillons prélevés dans le village montrent que l’alcool de riz contenait un degré élevé de méthanol », a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué. « Nous attendons maintenant les résultats des analyses de l’eau », a ajouté le ministère, qui demande aux villageois de ne plus consommer d’alcool de riz ni d’eau qui soit pas de l’eau en bouteille.

Ajout de méthanol

Certaines personnes ont été hospitalisées dans un état grave et transférées dans un établissement de la capitale Phnom Penh.

Les fabricants locaux de spiritueux ajoutent souvent du méthanol, parfois utilisé comme antigel, dans le breuvage pour en augmenter le degré d’alcool. En cas d’ingestion, il peut provoquer la cécité ou des dommages au foie, voire la mort en cas de forte concentration.

De nombreux cas d’intoxications alimentaires

Les intoxications alimentaires de masse ne sont pas rares dans le pays : fin 2014, plus de 280 personnes avaient souffert d’un empoisonnement après avoir mangé des nouilles lors de fiançailles. En 2016, 10 villageois avaient été tués et 50 hospitalisés dans le centre du Cambodge après avoir consommé du vin de riz frelaté lors de funérailles.

Plus généralement, les conditions sanitaires restent très précaires dans ce pays d’Asie du Sud-Est, surtout dans les campagnes.

>> A lire aussi : Vingt-trois morts après un empoisonnement au gin frelaté au Nigéria

>> A lire aussi : Plus de 60 morts après avoir consommé de l'alcool frelaté en Indonésie

>> A lire aussi : 58 personnes décédées depuis fin septembre à cause d'alcool frelaté en Ukraine

 

Mots-clés :