Présidentielle: le Paraguay bascule à gauche pour la première fois depuis 61 ans

POLITIQUE L'ex-évêque Fernando Lugo a mis fin à l'hégémonie du Parti Colorado...

Avec agence

— 

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche au Paraguay pour une élection présidentielle historique dans laquelle un ex-évêque, candidat d'une coalition de gauche, est donné favori face à la candidate conservatrice du Parti Colorado, au pouvoir depuis 61 ans.
Les bureaux de vote ont ouvert dimanche au Paraguay pour une élection présidentielle historique dans laquelle un ex-évêque, candidat d'une coalition de gauche, est donné favori face à la candidate conservatrice du Parti Colorado, au pouvoir depuis 61 ans. — Juan Mabromata AFP/archives

Le Paraguay était en liesse après la victoire historique de l'ex-évêque Fernando Lugo, candidat de la coalition de gauche, élu officiellement président du Paraguay dimanche, mettant ainsi fin à 61 ans d'hégémonie du Parti Colorado.

Selon le Tribunal électoral, Fernando Lugo a remporté l'élection présidentielle avec 40,8% des suffrages contre 30,8% pour Blanca Ovelar, sa rivale du Parti Colorado, avec un taux de participation de 65%.

Foule en liesse

Immédiatement après l'annonce des résultats officiels, Fernando Lugo a rejoint la foule en liesse dans le centre d'Asuncion où il lui a lancé:«Nous vous demandons de ne pas nous laisser seuls, la démocratie nous la ferons ensemble!»

En cette nuit de pleine lune, devant la place des Héros, au cœur d'Asuncion, un cortège de voitures était bloqué, des enfants debout sur les capots, au beau milieu d'une marée humaine, composée de jeunes, de vieux, de familles entières brandissant les drapeaux du bleu de la coalition de gauche victorieuse de Fernando Lugo.

La dernière fois qu'une telle manifestation de liesse populaire s'était produite remonte à la chute du dictateur Alfredo Stroessner en 1989.

Tous les pays du Mercosur à gauche

Le président sortant Nicanor Duarte a reconnu la victoire de Fernando Lugo et s'est engagé à «collaborer activement pour une passation de pouvoir dans un contexte pacifique, de compréhension et dans un esprit de construction».

Avec la victoire de Fernando Lugo et de ses partisans, le marché commun régional du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay plus les pays associés Chili et Bolivie et le Venezuela en cours d'intégration) ne compte désormais que des gouvernements de gauche.

Fernando Lugo, surnommé «l'évêque des pauvres», a renoncé à son sacerdoce en décembre 2006 pour conduire aux élections sa coalition, l'Alliance patriotique pour le changement (APC). Depuis, la popularité du candidat, qui se qualifie de «progressiste», n'avait cessé d'augmenter dans ce pays où un tiers des six millions d'habitants vit en dessous du seuil de pauvreté.