Moqtada al-Sadr appelle à la révolte en Irak

- ©2008 20 minutes

— 

Le chef radical chiite Moqtada al-Sadr a menacé de faire une « guerre ouverte » si les troupes irakiennes et américaines ne cessaient pas leurs attaques contre son mouvement. « Nous voulons que le siège de Sadr City soit levé », ont réclamé durant la nuit des partisans de Moqtada al-Sadr, par le biais des haut-parleurs des mosquées. Depuis des jours, des affrontements intermittents opposent les troupes irakiennes et américaines aux miliciens chiites dans Sadr City, un quartier de Bagdad qui abrite plus de deux millions d'habitants. Les combats, qui ont recommencé dans le bastion de Moqtada al-Sadr le 6 avril, ont fait au moins 125 tués et des dizaines de blessés, en majorité des civils.

Cet appel a coïncidé avec la visite surprise de la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, à Bagdad. Elle a rencontré le Premier ministre et le président irakiens. Washington insiste sur la nécessité pour les voisins arabes de se mobiliser pour contrecarrer l'influence « néfaste » de l'Iran en Irak. Interrogée sur la menace brandie par Al-Sadr, Condoleezza Rice a estimé qu'il était difficile de comprendre ses « motivations » et ses « intentions ».