Allemagne: Le principal prix musical supprimé sur fond d'antisémitisme

POLEMIQUE Un prix avait été remis à un duo de rappeurs dont des textes controversés évoquent la Shoah…

20 Minutes avec agences

— 

Les rappeurs allemand Kollegah & Farid Bang  ont reçu le prix Echo du meilleur groupe hip-hop allemand jeudi 12 avril 2018 à Berlin
Les rappeurs allemand Kollegah & Farid Bang ont reçu le prix Echo du meilleur groupe hip-hop allemand jeudi 12 avril 2018 à Berlin — Axel Schmidt/AP/SIPA

« Il n’y aura plus d’ECHOs […] On ne veut pas que ce prix de la musique puisse être considéré comme une plateforme pour l’antisémitisme, le mépris des femmes, l’homophobie ou la banalisation de la violence. » Telle est la décision de la Fédération de l’industrie musicale en Allemagne, prise ce mercredi 25 avril.

Les ECHOs, principal prix musical annuel, ont donc été purement et simplement supprimés. Car depuis une quinzaine de jours, l’événement était empêtré dans une controverse née de la remise d’une récompense à un duo de rappeurs, Kollegah et Farid Bang dans la catégorie de l’album hip-hop le mieux vendu.

Le contrat des deux rappeurs rompu

En cause : un texte controversé évoquant la Shoah dans lequel l’un des chanteurs évoque son corps « plus dessiné que celui des détenus d’Auschwitz ». Dans une autre chanson, le duo affirme : « je referais bien un Holocauste, rapplique avec un Molotov ».

En signe de protestation, de nombreux artistes allemands et étrangers, dont le chef d’orchestre israélo-argentin Daniel Barenboim, ont rendu leurs propres prix. La maison de disques des rappeurs, BMG, a aussi annoncé dans la foulée qu’elle rompait leur contrat.

« Berlin porte la kippa »

Ces mesures interviennent le jour où plusieurs rassemblements de solidarité avec la communauté juive ont eu lieu dans le pays. L’initiative a été lancée après l’agression la semaine dernière d’un Israélien portant une kippa par un réfugié syrien de 19 ans dans un quartier branché de Berlin.

Dans la capitale allemande, la manifestation organisée sous le slogan « Berlin porte la kippa » a rassemblé en début de soirée « plus de 2.000 personnes », selon la police. Des rassemblements ont également eu lieu à Potsdam, Erfurt ou Cologne, où 500 personnes se sont rassemblées.

>> A lire aussi : Un responsable de la communauté juive allemande «déconseille» de porter la kippa et crée la polémique

>> A lire aussi : Selon Angela Merkel, une «autre forme d'antisémitisme» apparaît chez des réfugiés arabes