VIDEO. La candidature de Manuel Valls à Barcelone irrite les politiques espagnols

ESPAGNE « Cela m’intéresserait de m’investir encore dans le débat sur l’indépendance catalane », a déclaré la semaine dernière Manuel Valls à la télévision espagnole...

L.Br.

— 

Manuel Valls, le 24 mars 2018 lors d'un match au stade Jean Bouin.
Manuel Valls, le 24 mars 2018 lors d'un match au stade Jean Bouin. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

La candidature de Manuel Valls ne plaît pas à tout le monde. Depuis l’annonce de l’ancien Premier ministre, qui a dit réfléchir à briguer la mairie de Barcelone, la classe politique espagnole accueille cette annonce entre froideur et circonspection, relate Challenges.

« Cela m’intéresserait de m’investir encore dans le débat sur l’indépendance catalane », a déclaré la semaine dernière Manuel Valls à la télévision espagnole. Le député LREM de l’Essonne a confié avoir reçu une proposition du chef de file de Ciudadanos, Alberto Rivera.

L’annonce a refroidi la gauche catalane, qui y voit un spectaculaire parachutage. « Est-il vraiment raisonnable de se lancer dans une mission à la plus grande gloire du parachutisme et sauter d’un navire français aux élections municipales de Barcelone en 2019 ? », interroge Alfred Bosch, l’ancien candidat aux municipales de la gauche républicaine catalane (ERC), dans une note de blog intitulée « Ecoute, Manuel Valls ».

Martien politique et carrière à l’agonie

« Manuel, savez-vous qu’en 2019 un maire est élu ? Vous qui avez été maire d’Evry, pensez-vous qu’il est très intelligent d’importer des candidats qui ne connaissent pas la ville, qui n’y ont jamais vécu et qui n’ont pas participé aux grands débats locaux ? Ne pensez-vous pas que l’irruption d’un Martien politique pourrait être interprétée comme un manque de respect envers les citoyens ? », interroge-t-il.

Xavier Domenech, représentant de la gauche radicale du parti Podemos, a dénoncé « une posture politicienne ». « C’est une annonce totalement intéressée de Manuel Valls dont la carrière politique est à l’agonie en France et qui retrouvera ainsi l’exposition des journaux télévisés ».

Le secrétaire en charge de la politique économique des socialistes, Manuel Escudero, a de son côté noté que les « coupes budgétaires sauvages » décidées par l’administration Valls avaient détruit la France.

Repasser les « seconds plats »

A droite, les politiques ne sont pas plus tendres. « Il se trompe s’il voit dans son accès à la mairie de Barcelone le moyen de poursuivre le débat identitaire », a-t-il estimé. « Diriger une mairie, c’est avant tout régler les problèmes de ses administrés », a tancé le président du Parti populaire de Catalogne, Xavier García Albiol.

L’actuelle maire de Barcelone, Ada Colau, ralliée à Podemos, a durement attaqué l’ex-Premier ministre. « Il n’a jamais mis les pieds dehors et ne connaît pas les problématiques des quartiers » de Barcelone, a-t-elle déclaré, jugeant que Barcelone ne méritait pas qu’on lui repasse les « seconds plats ».