Blogueur saoudien emprisonné: Trudeau confie au roi Salmane «ses préoccupations» sur le sort de Raef Badaoui

ARABIE SAOUDITE Le blogueur avait été condamné à dix ans de prison et à 1.000 coups de fouet pour «insulte à l'islam»...

20 Minutes avec AFP

— 

Un militant d'Amnesty Internation tient le 29 janvier 2015 un portrait du blogueur saoudien Raef Badaoui lors d'une manifestation devant l'amabassade d'Arabie saoudite à Berlin.
Un militant d'Amnesty Internation tient le 29 janvier 2015 un portrait du blogueur saoudien Raef Badaoui lors d'une manifestation devant l'amabassade d'Arabie saoudite à Berlin. — Tobias Schwarz AFP

Le blogueur avait été condamné en novembre 2014 à dix ans de prison et à 1.000 coups de fouet pour « insulte à l’islam ». Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a exprimé auprès du roi Salmane d’Arabie saoudite « ses préoccupations importantes » à propos de Raef Badaoui, emprisonné depuis 2012, selon un communiqué du cabinet du chef du gouvernement diffusé mardi.

Au cours de leur entretien téléphonique lundi, les deux dirigeants ont « parlé de l’importance du respect des droits de la personne et de la liberté d’expression ainsi que des réformes nationales de l’Arabie saoudite, notamment des progrès réalisés » à ce sujet, selon la même source.

Le chef du gouvernement canadien a « fait part de ses préoccupations importantes et constantes à l’égard de l’emprisonnement du défenseur des droits de la personne Raef Badaoui », ont indiqué les services de Justin Trudeau.

Il avait demandé sur son site internet la fin de l’influence religieuse dans le royaume

Citoyen saoudien, Raef Badaoui est emprisonné depuis 2012 en raison de propos tenus sur son blog. Il avait reçu ses 50 premiers coups de fouet en janvier 2015, mais les autres séances, sur un rythme hebdomadaire, avaient été suspendues, après une vague de protestations dans le monde.

Farouche défenseur de la liberté d’expression, Raef Badaoui avait demandé sur son site internet la fin de l’influence religieuse dans le royaume saoudien, régi par le wahhabisme, version rigoriste de l’islam. Son épouse Ensaf Haidar est installée au Québec depuis l’automne 2013 avec ses trois enfants, scolarisés à Sherbrooke à 130 km au sud-est de Montréal, depuis l’automne 2013.

Au cours de leur entretien téléphonique, Justin Trudeau et le souverain saoudien ont « discuté de la relation bilatérale entre le Canada et l’Arabie saoudite » et notamment « de leur engagement à générer de la croissance économique et à lutter contre le terrorisme ».