Corée: Séoul arrête les haut-parleurs qui diffusaient K-pop et propagande à la frontière avec le Nord

RAPPROCHEMENT La Corée du Sud a fait un geste, à quelques jours d’un sommet intercoréen entre le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un…

20 Minutes avec agences

— 

Des haut-parleurs assemblés par la Corée du Sud à sa frontière avec le Nord, en 2004.
Des haut-parleurs assemblés par la Corée du Sud à sa frontière avec le Nord, en 2004. — NEWSCOM/SIPA

Séoul a fait taire ce lundi les haut-parleurs géants qui diffusaient haut et fort des messages de propagande aux soldats nord-coréens déployés à la frontière.

Il s’agit là d’un geste de conciliation en amont du sommet intercoréen qui aura lieu vendredi 27 avril entre les deux pays. Les dirigeants des deux Corée se rencontreront dans la partie sud de la zone démilitarisée qui sépare Nord et Sud.

Propagande simultanée

Pour montrer sa bonne volonté, la Corée du Sud a donc éteint ses haut-parleurs. Ces derniers diffusaient depuis longtemps un mélange d’informations, de musique K-pop et de messages de propagande appelant les soldats du Nord à faire défection.

« À compter d’aujourd’hui, nous avons arrêté les diffusions afin d’apaiser les tensions militaires et créer un climat de paix […] avant le sommet intercoréen 2018 », a déclaré le ministère sud-coréen de la Défense. Le Nord, qui diffusait aussi sa propre propagande, aurait également commencé à éteindre certains de ses haut-parleurs, a indiqué l’agence sud-coréenne Yonhap.

Question nucléaire

Depuis les Jeux olympiques de Pyeongchang, les deux Corée multiplient les gestes de bonne volonté l’une envers l’autre. La Corée du Nord a annoncé ce week-end l’arrêt des essais nucléaires et des tirs de missiles à longue portée. Le président sud-coréen Moon Jae-in a salué cette « décision importante dans le sens de la dénucléarisation totale de la péninsule coréenne ».

Les deux voisins sont toujours en guerre car le conflit s’est achevé sur un armistice. Vendredi, la question sera de voir si Kim Jong-un promet des pas concrets pour démanteler son arsenal nucléaire, récemment qualifié d'« épée chérie » protégeant le pays. Il a annoncé samedi la fermeture du site d’essais nucléaires de Punggye-ri pour prouver son engagement, mais sans évoquer le démantèlement.

>> A lire aussi : Corée du Nord: «Lourd bilan» d'un accident impliquant des touristes chinois

>> A lire aussi : Corée du Nord: L’épouse de Kim Jong-un promue «Première dame respectée»