Le pape part en guerre contre la pornographie

Avec agence

— 

Accueilli avec les honneurs militaires, Benoît XVI, qui fêtait mercredi son 81e anniversaire a assisté en souriant à la parade offerte par des soldats en uniforme de la guerre d'indépendance et s'est franchement déridé en écoutant la fanfare jouer "Happy Birthday to you".
Accueilli avec les honneurs militaires, Benoît XVI, qui fêtait mercredi son 81e anniversaire a assisté en souriant à la parade offerte par des soldats en uniforme de la guerre d'indépendance et s'est franchement déridé en écoutant la fanfare jouer "Happy Birthday to you". — Osservatore Romano AFP

La société américaine incite-t-elle à la pédophilie? Après avoir reconnu la «honte» de son Eglise pour le scandale des prêtres pédophiles, Benoît XVI, en viste aux Etats-Unis, a accusé la pornographie et la violence, coupables à ses yeux de pervertir les moeurs de la société américaine.

Un «contexte» favorable

Lors d’un discours devant les évêques américains au sanctuaire national de l'Immaculée Conception à Washington, mercredi soir, Benoît XVI est revenu sur le vaste scandale d'abus sexuels sur mineurs par des prêtres, mis au jour depuis 2002. Un motif de «honte profonde» et de «souffrances énormes» pour l'Eglise toute entière, a-t-il déclaré. Soulignant que l'affaire avait été «parfois très mal gérée», le pape a aussitôt jeté un pavé dans la mare, dénonçant les «moeurs sexuelles» de la société américaine qui constitue, selon lui, le «contexte» de ce scandale.

«Que signifie de parler de protection de l'enfant quand la pornographie et la violences peuvent être regardées dans de nombreux foyers à travers les médias largement accessibles aujourd'hui?», a-t-il demandé.

Toujours très critique, le pape s’est également attaqué au caractère parfois superficiel de la religiosité américaine, dénonçant «le scandale donné par les catholiques qui font la promotion d'un prétendu droit à l'avortement».

Accueilli en grande pompe

Mercredi matin, c'est une assistance triée sur le volet de 9 à 12.000 personnes qui a assisté sous le soleil à la cérémonie d'accueil offerte au souverain pontife par George W. Bush, accompagnée de son épouse Laura toute de blanc vêtue. Accueilli avec les honneurs militaires, Benoît XVI, qui fêtait son 81e anniversaire, a regardé en souriant la parade offerte par des soldats en uniforme de la guerre d'indépendance et s'est franchement déridé en écoutant la fanfare jouer «Happy Birthday to you».

«Dans un monde où certains ne croient plus que l'on peut distinguer le vrai du faux, nous avons besoin de votre message pour rejeter cette dictature du relativisme et embrasser une culture de la justice et de la vérité», a déclaré George Bush à son hôte. Un peu plus tard, Benoît XVI a appelé l'Amérique à «soutenir les patients efforts de la diplomatie internationale pour résoudre les conflits», seule allusion à l'engagement militaire américain en Irak et à l’inquiétude du Vatican concernant le dossier iranien.

Condamnation du terrorisme

Les deux hommes ont ensuite eu un entretien en tête à tête au cours duquel ils ont «réaffirmé leur rejet total du terrorisme ainsi que de la manipulation de la religion pour justifier des actes immoraux ou violents contre des innocents», selon un communiqué commun.

«Ils ont également évoqué la nécessité de lutter contre le terrorisme par des moyens appropriés respectant la personne humaine et ses droits», indique le communiqué, laissant entendre que le pape a exprimé à Bush sa condamnation du recours à la torture pour obtenir des informations auprès de détenus de Guantanamo ou en Irak.