Allemagne: Merkel dénonce la montée de l'antisémitisme après une agression dans les rues de Berlin

AGRESSION Deux jeunes hommes, dont l’un portait une kippa qui lui avait été offerte par un ami, ont été attaqués par trois individus…

20 Minutes avec agences
— 
Angela Merkel le 26 janvier 2018 à Berlin
Angela Merkel le 26 janvier 2018 à Berlin — Kay Nietfeld/AP/SIPA

La Chancelière allemande a manifesté ce mercredi son émotion après l’agression de deux personnes, visiblement pour avoir arboré un signe d’appartenance religieuse.

Les victimes ont été battues à coups de ceinture, en pleine rue de Berlin. Cette attaque intervient alors même que l’Allemagne craint une résurgence de l’antisémitisme sur son territoire.

Coups de ceinture

L’une des victimes ; âgée de 21 ans, n’est pas de confession juive. Mais il venait de recevoir une kippa en cadeau et avait décidé de la porter pour la première fois. Le jeune, d’origine arabe et israélienne, pensait que cela ne poserait pas problème dans la capitale allemande. Accompagné d’un ami portant lui aussi la kippa, il est sorti dans un quartier huppé de Berlin, où trois individus les ont pris à partie.

L’un des trois agresseurs parlait arabe, un « dialecte syrien » selon la victime. Cette dernière a commencé à filmer la scène. Sur les images, on voit les trois jeunes le fouetter avec une ceinture en criant notamment « yahoud » (juif, en arabe). Une cinquantaine de témoins ont assisté à la scène, mais seule une femme semble s’être interposée en criant en direction des agresseurs.

Politiques révoltés

La police berlinoise a ouvert une enquête. « C’est bien sûr un incident terrible et nous allons réagir », a indiqué Angela Merkel, ajoutant que « ce combat contre de tels actes antisémites doit être gagné, il en va de la réputation de notre État, et nous nous engageons de toutes nos forces ». La ministre de la Justice a quant à elle dénoncé une « honte pour la démocratie ».

La poussée électorale des nationalistes​ et l’afflux de réfugiés alimentent depuis quelque temps une montée de l’antisémitisme dans le pays. Après l’émotion suscitée par les images de drapeaux israéliens brûlés au cours d’une manifestation à Berlin contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem capitale de l’État hébreu, Angela Merkel a décidé de créer un poste de « commissaire à l’antisémitisme ».

>> A lire aussi : Meurtre de Mireille Knoll: La voisine de la vieille dame et mère d'un des suspects mise en examen

>> A lire aussi : États-Unis: Hausse record des actes antisémites, vandalisme et harcèlement en tête