New York: La statue d’un médecin qui torturait des femmes esclaves a été déboulonnée

ÉTATS-UNIS Ce médecin avait torturé de nombreuses esclaves pour mener à bien ses recherches en gynécologie et obstétrique…

20 Minutes avec agences

— 

La statue du Dr James Marion Sims, retirée d'un parc new-yorkais mardi 17 avril 2018.
La statue du Dr James Marion Sims, retirée d'un parc new-yorkais mardi 17 avril 2018. — Mark Lennihan/AP/SIPA

Une statue du Dr James Marion Sims a été déboulonnée mardi à New York (États-Unis) sur décision du maire.

Considéré comme le père de la gynécologie moderne, le médecin avait pratiqué au XIXe siècle des expériences sur des esclaves.

Inventeur du spéculum

Ce médecin originaire de Caroline du Sud a inventé plusieurs instruments de gynécologie et d’obstétrique. C’est notamment à lui qu’on doit le spéculum, encore essentiel aujourd’hui à tout examen gynécologique.

Plusieurs pétitions avaient circulé ces derniers mois pour demander le retrait de la statue, en partie peinte en rouge par des activistes. Le mot « RACISTE » avait été tagué à la bombe sur le monument.

Une nouvelle statue en remplacement

« Je ne pense pas qu’il faille dire qu’il n’a rien apporté à la médecine, a estimé Bernadith Russell, gynécologue obstétricienne à New York. Mais il est important de reconnaître que ces apports ont été faits au sacrifice de femmes sans leur consentement. Si Josef Mengele [médecin nazi du camp d’Auschwitz] avait contribué aux progrès de la médecine, on ne lui dresserait pas une statue ».

La statue sera installée dans un cimetière de Brooklyn, où repose le Dr Sims. Un nouveau monument sera érigé à la place laissée vacante. Cette décision s’inscrit dans le mouvement de contestation américaine qui a réclamé le retrait de monuments, plaques ou noms de rues honorant des personnalités connues pour leurs liens avec l’esclavage ou la persécution de minorités.

>> A lire aussi : Pour Donald Trump, la culture américaine est «mise en pièces» par les retraits de statues

>> A lire aussi : Italie: La maison de couture Big Uncle critiquée pour son pull «Colonialisme»