Harcèlement sexuel: L'Académie suédoise en crise après les témoignages de dix-huit femmes

#METOO Une vingtaine de femmes auraient subi violences ou harcèlement sexuel de la part de l’époux d’une académicienne…

20 Minutes avec agences
— 
Sara Danius, ex-secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise, lors d'un discours le 10 décembre 2017 à Stockholm (Suède).
Sara Danius, ex-secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise, lors d'un discours le 10 décembre 2017 à Stockholm (Suède). — Fredrik Sandberg/AP/SIPA

L’Académie suédoise, qui décerne le Nobel de littérature, fait face à une vague de démissions inattendues qui met l’institution en péril. Ces départs font suite à des révélations de cas de harcèlement sexuel et de violences au sein des membres.

Après la démission de trois membres de l’Académie, c’est Sara Danius, la secrétaire perpétuelle, qui a été poussée à la démission ce jeudi.

Dix-huit témoignages

En novembre 2017, le quotidien suédois Dagens Nyheter publiait les témoignages de dix-huit femmes. Toutes accusaient le mari, d’origine française, de l’académicienne Katarina Frostenson de les avoir sexuellement harcelées. Si le parquet de Stockholm a, par la suite, classé une partie de l’affaire, l’Académie avait rompu tout lien avec l’individu mis en cause.

Les sages avaient en outre ouvert une enquête interne et fait appel à un cabinet d’avocats. Mais l’affaire n’en finit pas de faire des remous : l’institution suédoise a désigné ce jeudi la porte de sortie à sa secrétaire perpétuelle, Sara Danius, après la démission la semaine précédente de trois autres membres de l’Académie.

Embarrassant précédent

Les académiciens sont membres perpétuels et ne peuvent en principe pas démissionner. Ils peuvent simplement laisser leurs fauteuils vacants. Sur les dix-huit sages, sept ne sont plus actifs aujourd’hui. Selon la journaliste Lisa Irenius, « il est aujourd’hui difficile d’avoir beaucoup d’espoir pour l’Académie ».

Et le sage Horace Engdahl d’ajouter : « Il fallait quelque chose de radical pour créer les conditions d’un nouveau départ ». En 1989, trois académiciens avaient vidé leur siège après le refus de l’Académie de condamner une fatwa frappant Salman Rushdie pour ses Versets sataniques. L’institution suédoise n’a finalement pris la défense de l’auteur que 27 ans plus tard.

>> A lire aussi : Vous êtes ou avez été militaire et victime de harcèlement, racisme ou homophobie?

>> A lire aussi : Elèves harcelées en prépa à Saint-Cyr: L'enquête édifiante de «Libération»

>> A lire aussi : Harcèlement sexuel dans l'armée: La première femme à avoir porté plainte aura droit à un procès