Affaire Skripal: L'OIAC confirme la thèse de Londres sur l'origine russe du poison

ESPIONNAGE L’organisation souligne par ailleurs la « grande pureté » de la substance que Londres a identifié comme un agent innervant de la famille Novitchok...

20 Minutes avec AFP

— 

Des investigations sont menées à Salisbury, après l'empoisonnement de l'ancien agent double russe Sergueï Skripal
Des investigations sont menées à Salisbury, après l'empoisonnement de l'ancien agent double russe Sergueï Skripal — BEN STANSALL / AFP

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé ce jeudi la thèse du gouvernement britannique sur l’origine russe de l’agent innervant utilisé en Angleterre pour empoisonner l’ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille.

« Les résultats de l’analyse menée par les laboratoires désignés par l’OIAC (…) confirment les découvertes du Royaume-Uni quant à l’identité de l’agent chimique toxique utilisé à Salisbury », indique l’OIAC dans un communiqué publié à Londres.

L’organisation souligne par ailleurs la « grande pureté » de la substance que Londres a identifié comme un agent innervant de la famille Novitchok et rendu Moscou responsable de l’attaque.

Londres a annoncé ce jeudi dans la foulée qu’elle entendait convoquer une réunion de l’OIAC le 18 avril pour « étudier la suite ».

>> A lire aussi : La fille de l'ex-espion russe empoisonné va mieux et a quitté l'hôpital

>> A lire aussi : Les animaux domestiques de l'ex-espion retrouvés morts