Chine: Xi Jinping répond aux menaces de Donald Trump et promet l'ouverture économique

ECONOMIE Le président chinois Xi Jinping a promis d’abaisser dès cette année les droits de douane sur certains produits, notamment l’automobile…

20 minutes avec Agences

— 

Xi Jinping a annoncé mardi 10 avril de nouvelles mesures destinées à ouvrir un peu plus l'économie chinoise aux investisseurs internationaux.
Xi Jinping a annoncé mardi 10 avril de nouvelles mesures destinées à ouvrir un peu plus l'économie chinoise aux investisseurs internationaux. — Ng Han Guan/AP/SIPA

Prenant le contre-pied de Donald Trump qui l’a menacé d’une guerre commerciale, le président chinois a promis ce mardi une « nouvelle phase » d’ouverture de l’économie chinoise.

Lors d’un discours solennel au Forum de Boao pour l’Asie, Xi Jinping a évoqué une série de mesures répondant point par point aux attaques du président américain. « La Chine ne cherche pas l’excédent commercial ! Nous espérons sincèrement muscler nos importations », a martelé Xi Jinping devant de hauts responsables internationaux.

Réduction des tarifs douaniers

Une vision bien différente de celle de son homologue américain, qui pointe le déficit des Etats-Unis vis-à-vis du géant asiatique (375 milliards de dollars en 2017 selon Washington). Donald Trump menace d’imposer des droits de douane sur les 150 milliards de dollars d’importations chinoises.

Xi Jinping s’est, lui, engagé à réduire « considérablement » les tarifs douaniers chinois en 2018. La mesure concernera les importations d’automobiles (actuellement taxées à 25 %, un sujet de tension entre les deux pays) et « d’autres produits ».

Ouverture du pays aux investisseurs

Le président chinois a promis que le pays ouvrirait « toujours plus largement ses portes ». Comme annoncé en novembre, les entreprises étrangères auront un plus grand accès au secteur financier chinois et pourront contrôler des banques, des firmes de courtage ou de gestion d’actifs.

Xi Jinping a aussi promis un assouplissement des restrictions encadrant les capitaux étrangers pour les entreprises des industries automobile, navale et aéronautique. Des mesures attendues par les constructeurs étrangers, toujours forcés de s’associer avec des partenaires locaux.

Dans le même temps, le gouvernement chinois a saisi l’Organisation mondiale du commerce (OMC)​ pour contester les taxes imposées par les Etats-Unis sur leurs importations d’acier et d’aluminium.

>> A lire aussi : Guerre commerciale: Trump double la mise et menace Pékin de 100 milliards de taxes en plus

>> A lire aussi : Guerre commerciale: Première salve punitive de Donald Trump contre la Chine