Donald Trump prévient la Russie qu'il va lancer des missiles sur la Syrie

CONFLIT Le président américain réagissait à l’attaque chimique présumée imputée au régime syrien...

20 Minutes avec AFP
— 
Donald Trump, le 23 mars 2018 à la Maison-Blanche.
Donald Trump, le 23 mars 2018 à la Maison-Blanche. — Ron Sachs/NEWSCOM/SIPA

Le président américain Donald Trump a averti ce mercredi la Russie, alliée de Bachar al-Assad, que des missiles seraient lancés sur la Syrie après l’attaque chimique présumée imputée au régime syrien.

Dans un tweet matinal, Donald Trump s’en est pris à la Russie, soutien indéfectible du régime de Bachar al-Assad, accusé d’être responsable d’une attaque chimique présumée près de Damas.

« Que la Russie se tienne prête »

« La Russie jure d’abattre n’importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et "intelligents" ! Vous ne devriez pas vous associer à un animal qui tue avec du gaz, qui tue son peuple et aime cela », a écrit le président américain dans un tweet.

Moscou a mis mardi son veto au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain visant à créer un mécanisme d’enquête indépendant sur le recours aux armes chimiques en Syrie. Donald Trump s’est également fendu d’un autre tweet affirmant que les relations avec la Russie étaient pires que pendant la Seconde Guerre mondiale.

La Russie met en garde contre tout acte visant la Syrie

Les missiles américains doivent viser « les terroristes » et non « le gouvernement légitime » syrien, a aussitôt répliqué la Russie, qui peu de temps auparavant avait déjà mis en garde contre tout acte en Syrie pouvant « déstabiliser la situation déjà fragile dans la région ».

« Nous espérons encore que toutes les parties vont éviter tout acte qui ne serait en réalité en aucun cas justifié », avait déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, jugeant la situation actuelle « très tendue ». « La Russie est favorable à une enquête objective et impartiale avant d’émettre des jugements. »

La décision de la France attendue dans les prochains jours

Mais, en face, les Occidentaux, Etats-Unis et France en tête, ont redoublé de détermination. « La France mettra tout en œuvre contre l’impunité chimique », a assuré l’ambassadeur français au Conseil de sécurité de l'ONU François Delattre. Elle annoncera « dans les prochains jours » la « décision » sur sa riposte, en coordination avec les alliés américain et britannique, a précisé à Paris le président Emmanuel Macron.

S’inscrivant dans cette fièvre diplomatique, Donald Trump et la Première ministre britannique Theresa May sont aussi « tombés d’accord », lors d’une conversation téléphonique, « pour ne pas laisser l’usage d’armes chimiques se poursuivre », selon la Maison-Blanche.

Le président américain a annulé un déplacement prévu en fin de semaine au Pérou afin de continuer à gérer le dossier syrien. Au Conseil de sécurité, deux projets concurrents présentés mardi par les Russes n’ont pas réuni suffisamment de voix pour être adoptés.