Etats-Unis: Donald Trump menace toujours de limoger le procureur spécial Mueller

ETATS-UNIS Richard Nixon avait dû démissionner quelques mois après avoir limogé un procureur dans des circonstances similaires, en pleine affaire du Watergate...

M.C. avec AFP

— 

Photomontage du président américain, Donald Trump, face au procureur spécial chargé de l'enquête sur la Russie, Robert Mueller.
Photomontage du président américain, Donald Trump, face au procureur spécial chargé de l'enquête sur la Russie, Robert Mueller. — PHOTOS SIPA / MONTAGE 20 MINUTES

Renvoyer le procureur Mueller, qui enquête sur les soupçons d’ingérence russe ? Cette éventualité a toujours été évoquée, par les républicains comme par les démocrates, comme une ligne rouge à ne pas franchir. Mais au lendemain d’une perquisition du FBI dans les bureaux et au domicile de l’avocat personnel de Donald Trump, et alors que l’enquête se rapproche chaque jour un peu plus du Bureau ovale, le sujet n’est plus tout à fait tabou à la Maison Blanche.

« Nous avons été informés du fait que le président avait tout à fait le pouvoir de prendre cette décision », a déclaré la porte-parole Sarah Sanders, semblant indiquer qu’une telle hypothèse était au moins à l’étude au sein de l’équipe Trump. Interrogé lundi sur cette éventualité, le milliardaire avait volontairement laissé planer le doute. « Nous verrons ce qui va se passer », avait-il répondu. « Beaucoup de gens ont dit : "Vous devriez le limoger" », avait-il ajouté.

Seul l’Attorney général adjoint Rod Rosenstein a le pouvoir de le limoger

Si Donald Trump s’en est pris avec virulence à plusieurs reprises à l’intégrité de l’équipe du procureur Mueller, accusée d’avoir des motivations politiques, il s’est en revanche toujours gardé d’attaquer frontalement ce dernier, ancien patron du FBI et figure respectée à Washington.

Mais au-delà du fond, les conditions dans lesquelles Robert Mueller pourrait être limogé sont loin de faire l’unanimité : nombre de juristes estiment que seul l’Attorney général adjoint Rod Rosenstein, qui l’a nommé, a le pouvoir de le limoger. Dans ce contexte, certains observateurs s’interrogent sur la possibilité que Donald Trump décide d’abord de se séparer de ce dernier.

Le spectre du Watergate

Un tel scénario fait régulièrement resurgir le spectre du Watergate. En octobre 1973, Richard Nixon avait ordonné à Elliot Richardson, alors Attorney general, de limoger Archibald Cox, procureur spécial chargé d’enquêter sur l’espionnage politique du Parti démocrate à l’intérieur de l’immeuble du Watergate à Washington.

Ce dernier, tout comme son adjoint William Ruckelshaus, avaient refusé et démissionné, avant qu’un autre responsable ne s’acquitte finalement de la tâche. Cet épisode, connu sous le nom du « Massacre du samedi soir » (« Saturday Night Massacre »), coûta finalement son poste au président Nixon, contraint à la démission le 9 août 1974.