Libye: Les corps de trois enfants enlevés en 2015 ont été retrouvés après les aveux d'un ravisseur

KIDNAPPING Les enfants ont été tués un mois après l'enlèvement, après l'échec de la demande de rançon...

20 Minutes avec agences

— 

Le chef du gouvernement d'union en Libye, Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale.
Le chef du gouvernement d'union en Libye, Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Les corps de trois enfants d’une même famille, enlevés à l’ouest de la Libye, ont été retrouvés ce samedi. Les trois enfants, âgés de 5 à 12 ans, avaient été enlevés en décembre 2015 par un groupe armé alors qu’ils se rendaient à l’école à Sorman, à 70 kilomètres de Tripoli. Ils étaient accompagnés de leur mère et d’un chauffeur, blessé par balle dans l’attaque.

La famille était depuis sans nouvelles des enfants, jusqu’à la capture d’un des ravisseurs en mars. Ses aveux ont permis de retrouver les dépouilles décomposées, enterrées dans une forêt au sud de Sorman, selon les enquêteurs. Les ravisseurs exigeaient initialement une rançon. Les négociations ayant mal tourné, les enfants ont été tués un mois après leur enlèvement.

Les Libyens « choqués et stupéfaits »

La ville libyenne a décrété trois jours de deuil et la plupart des écoles de la ville ont fermé leurs portes. « Tous les Libyens sont choqués et stupéfaits après ce crime atroce », a déclaré ce dimanche Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d’union (GNA). « Des ordres ont été donnés à tous les organes de l’Etat pour mener les investigations sur toutes les circonstances du crime. »

La Libye est déchirée par des rivalités entre différentes milices et tribus depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. De nombreuses bandes criminelles organisées profitent de ce chaos pour mener des activités de grand banditisme, de contrebande, de trafic de migrants et d'enlèvements.

>> A lire aussi : Hérault: S'inspirant des réseaux sociaux, deux écoliers avaient inventé une tentative d'enlèvement

>> A lire aussi : Enlèvement d'un enfant dans une école à Marseille: «C'est un malheureux concours de circonstances»