Canada: Un ancien médecin accusé d'avoir inséminé des patientes sans leur consentement

FAITS DIVERS D'après des tests ADN, ce spécialiste de la fertilité aurait inséminé onze patientes avec son propre sperme...

F.F.

— 

Un scientifique manipule une préparation destinée à une insémination artificielle, à Bruxelles le 2 février 2011
Un scientifique manipule une préparation destinée à une insémination artificielle, à Bruxelles le 2 février 2011 — Georges Gobet AFP

Elles lui ont fait confiance et affirment le regretter amèrement. Onze patientes du docteur Norman Barwin ont engagé un recours collectif à son encontre, à Ottawa, rapporte Radio Canada. Les plaignantes accusent leur ancien spécialiste de la fertilité d’avoir utilisé son propre sperme sans leur consentement lors d’inséminations artificielles.

Une première famille a initié cette action en 2016, explique The Guardian. Durant les mois suivants, leurs avocats ont indiqué avoir été contactés par 150 personnes qui nourrissaient elles aussi des soupçons envers le médecin. Jeudi dernier, les conseils ont annoncé que des tests ADN pourraient suggérer que onze individus nés grâce aux inséminations artificielles opérées par le docteur Barwin seraient bien ses enfants biologiques.

« Certaines parlent de tout cela comme d’un "viol" »

Le recours collectif n’a pas encore été validé par un juge mais les plaignants attendent maintenant qu’un procès ait lieu. « Il y a un énorme abus de confiance, dénonce l’un des avocats, Peter Cronyn. Certaines des femmes avec qui nous avons parlé et qui sont allées le voir parlent de tout cela comme d’un "viol". Ces parents n’ont pas pu avoir la famille dont ils rêvaient », ajoute le conseil.

Norman Barwin a arrêté de pratiquer en 2014, un an après avoir reconnu l'insémination de quatre patientes avec le mauvais sperme.